Jannik passe le test des huit et s’envole vers le numéro 9 : pour la première fois deux Top 10 italiens !

Le tout en une soirée : deux bleus dans le TOP 10, pour la première fois de l’histoire. Jannik Sinner joue un autre match à lui fin 2021, un niveau de haut niveau, un tennis de Djokovic, de Medvedev, de Zverev, et liquide le Norvégien Casper Ruud, le joueur de tennis le plus chaud du moment, numéro 8 mondial et 5 titres ATP à son actif, plus que quiconque en 2021.

Ce clone nordique de Nadal (même s’il est droitier plutôt que gaucher) descend en deux sets avec le bleu de 20 ans qui, bien sûr, doit travailler dur, exprimer tout son potentiel mais au final il faut seulement deux sets pour se qualifier pour les demi-finales, où il l’attend. L’Américaine Frances Tiafoe.

Avec ce résultat, il écrit une autre page fondamentale de son histoire (et un peu celui du tennis bleu aussi) car ce n’est pas tout dépasse le Polonais Hurkacz au classement Race to Turin et est assuré d’affronter le tournoi Masters 1000 à Paris / Bercy depuis l’une des huit premières positions qui se qualifient pour la finale Nitto ATP à Turin mais s’endort en sachant que à partir de lundi, il sera pour la première fois, à 20 ans, l’un des 10 meilleurs joueurs mondiaux. Au moins 9. Et puisqu’il retrouvera Matteo Berrettini au numéro 7, l’Italie réunira pour la première fois de l’histoire deux joueurs de tennis dans l’élite la plus exclusive du tennis mondial.

Impressionnant. On avait écrit sur le tennis montré la semaine dernière à Anvers, quand il avait anéanti des joueurs solides et très solides comme le français Rinderknech, le sud-africain Harris et surtout l’argentin Schwartzman. Même si les noms n’étaient pas dans le Top 10, leur niveau de jeu et celui de Sinner, l’autorité avec laquelle il s’était imposé était le Top 3. Il ne les laissait pas jouer.

Si quelqu’un avait besoin d’un test décisif à Vienne, après les succès assurés sur le bombardier Opelka et sur le wild card autrichien Dennis Novak, le plus convaincant fut certainement celui du huit, le huit du monde Ruud, à l’image de Sinner grand interprète des « agressions » de fond de court .

Genève, Bastad, Gstaad, Kitzbuhel et San Diego avaient vu cette année le joueur de 22 ans originaire d’Olso soulever le trophée du vainqueur (4 tournois sur terre battue, un sur dur) grâce à ses gros coups de fond de court, notamment avec un coup droit couvert dévastateur, dans la lignée de celui de Nadal, même si un peu moins affûté.

Le même coup que Ruud a utilisé pour essayer de percer le mur de Sinner. Parfois, il a réussi, surtout dans le premier set, mais au final c’est le bombardement du Tyrol du Sud qui a fait s’effondrer le mur norvégien, construit à l’académie majorquine de Nadal.

Sûr et pénétrant avec son service, toujours parfait dans le timing sur le ballon et propre à l’impact Jannik, sous les yeux de l’entraîneur Riccardo Piatti, il ressemblait au Djokovic de demain qui gagne en stature, jour après jour, depuis 7 ans à Bordighera.

Précision, profondeur et poids de balle obtenus sans effort apparent font de ce Sinner le prototype du prochain n.1. Ce qu’il est déterminé à devenir.

La route est longue mais les pas sont sur le bon chemin, tracé par tous les champions qui l’ont précédé dans l’expérience de son entraîneur qui, il ne faut pas l’oublier, s’est forgé (dès le plus jeune âge) d’abord un n.18 au monde comme Renzo Furlan, puis un n.3 au monde comme Ivan Ljubicic (quedo n.1 et n.2 étaient Federer et Nadal) et au milieu il a mis des expériences d’une ou plusieurs saisons aux côtés de joueurs de tennis du calibre de Djokovic lui-même, de Richard Gasquet, de Milos Raonic, de Borna Coric.

Piatti sait à quoi ça sert à un joueur de devenir un n°1, Sinner est déterminé à le faire : arrêtez-le si vous en êtes capable. A 20 ans, le 16 août, il ne manque plus que neuf marches. La montée est rude mais le temps joue avec eux.

Parole de Jannik (chaud…)

« Il n’y avait pas un grand rythme aujourd’hui (dans le match ndlr) : il y avait certainement beaucoup de pression. Je pense que j’ai bien joué surtout les points importants. Dans les derniers tournois j’ai bien joué : certes il y a de la tension au vu des objectifs de fin de saison et pour le moment il me semble bien la gérer. Pour moi le plus important est d’essayer de bien jouer chaque match mais il est certainement difficile de ne pas penser à Turin (la qualification pour les Nitto ATP Finals ndlr). En attendant, j’ai atteint une autre demi-finale et je vais essayer de mieux la jouer ».

Albain Forestier

"Nerd passionné d'alcool. Entrepreneur d'une humilité exaspérante. Spécialiste des médias sociaux. Organisateur primé. Amoureux général de Twitter. Spécialiste de la bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *