G20, Draghi ne trouve pas de nouveau bazooka pour l’environnement

Il y a la version officielle qui parle « d’accords extraordinaires et de centralité de l’Italie et du leadership de Mario Draghi ». Et il y a la version officieuse – « un G20 incapable de choix courageux » -, celle que tout le monde pense mais que personne ne dit de peur de gâcher ce qui est un excellent travail objectif du président Draghi qui a ramené les Grands de la terre en la présence et épouse Serenella – véritable star des trois jours à Rome – qui leur a fait les honneurs dans la plus belle ville du monde.

Les sommets internationaux donnent rarement des résultats tangibles et exceptionnels par rapport auxquels mesurer les succès et les échecs. Les considérations finales, avec des communiqués de presse joints, sont des exercices lexicaux où le slalom se fait entre le dit et le non-dit. Et il est également clair pour tout le monde que personne n’aurait pu mettre des solutions immédiates au noyau des trois P – planète, prospérité, pandémie – sur la table du sommet. Comme il est évident que cette fois Draghi n’a pas tenu un bazooka ou sifflé le « quoi qu’il en coûte. Et croyez-moi : ça suffira ». -bla et oncle faits » qui sont devenus le cri de guerre des 4 futurs militants du vendredi : « La bonne voie a été prise et surtout partagée par tous les pays. Je vous assure que ce n’était ni facile ni évident. La vérité c’est qu’après la conférence de Paris en 2015, alors peu avaient suivi ou reconnu l’agenda indiqué. Et, en ce qui concerne les émissions et la pollution, après la pandémie au nom de la reprise, ils sont de retour pire qu’avant. Maintenant, rappelons que nous serons évalués pour ce que nous faisons et non pour ce que nous disons ».

« Au milieu du siècle »

« Je quitte Rome sans que mes espérances aient été comblées. Mais au moins, ils n’ont pas été enterrés », a déclaré en milieu d’après-midi le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, qui ramène aujourd’hui les dossiers discutés au G20 de Glasgow où commencent les deux semaines de la Cop26. « A partir de là, nous devons immédiatement recommencer », dit-il, indiquant un point de départ dans les accords finaux du G20.

Nous commençons alors à voir ce qu’il y a dans les conclusions finales. Le « P » de la planète destiné à la défense et à la protection de la planète contre le changement climatique était au cœur du sommet. Il y a un engagement à maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 degré et la reconnaissance qu’il est « scientifiquement démontré la nécessité d’intervenir » contre les émissions polluantes, la production de charbon et l’utilisation de méthane, parmi les premiers tueurs de notre équilibre climatique. Mais l’échéance de 2050 pour un monde zéro émission disparaît du projet final et est remplacée par une échéance plus générique « d’ici ou vers » un demi-siècle. Draghi le revendique cependant comme un « succès » qui « jette les bases d’un recouvrement plus équitable », rappelant que dans les accords de Paris il n’y avait aucun type d’échéance, ni vague ni précise.

La négociation pour arriver à la déclaration finale a été longue et difficile et n’a pas réussi à mettre tout le monde d’accord. Après avoir sorti la date de 2050 et écrit la plus générique de « un demi-siècle », les Sherpas, qui ont travaillé au Cloud toute la nuit, ont dû insérer ce « autour » qui signifie « environ un demi-siècle ». Même cela n’a pas suffi à calmer les gens. Le document était fermé et c’était ce que voulait Draghi. Mais hier matin encore, alors que les Sherpas concluaient un marathon de négociations d’une nuit entière, le Premier ministre italien a prévenu les dirigeants que les mesures prises étaient « insuffisantes » pour éviter « une catastrophe » : « Soit nous agissons maintenant, soit nous risquons d’échouer . Nous gagnons ou échouons ensemble « en relançant l’arme du multilatéralisme.

Verre à moitié plein

Le premier ministre italien tient la conférence de presse parmi les dernières. Les concepts clés sont déjà exprimés dans la Déclaration finale. Le bloc des 20 puissances mondiales poursuit la même division : bonne compacité entre les pays européens (même si ces dernières années l’Allemagne a snobé toute indication de la Conférence de Paris) ; l’indisponibilité des pays du bloc de l’Est, la Russie et la Chine, et aussi les éternels émergents dont l’Inde. Il fallait donc tout d’abord aborder ce point. « Ce que l’Italie a fait le plus ces deux jours, c’est de comprendre le point de vue des autres. Les pays en développement nous disent : « Vous avez beaucoup pollué au cours des décennies précédentes, alors maintenant nous sommes dans ce chaos. Quand vous polluiez, nous n’émettions aucune émission parce que nous étions pauvres. Maintenant, vous ne pouvez pas nous pointer du doigt. « Ici, si vous entrez dans ce climat de lutte, nous n’irons nulle part : nous devons plutôt écouter et maintenir notre ambition, la partager avec eux ». Et cela le Premier ministre italien est convaincu qu’il l’a fait avec la seule arme possible aujourd’hui pour faire face aux troubles du monde : le multilatéralisme, affronter ensemble les problèmes et les urgences de toutes sortes peuvent être. Certainement pas et pas seulement dans ces deux jours mais dans un travail diplomatique constant souvent effectué personnellement au cours de ces neuf mois au Palazzo Chigi. Ce n’est pas un hasard si tous les dirigeants ont officiellement remercié Draghi et l’Italie. Pour l’organisation, pour les événements proposés – hier aussi le lancement de la pièce à la Fontaine de Trevi avec une pièce spéciale de 1 euro mais en tête étaient le Colisée, la Chapelle Sixtine et le dîner au Quirinale – mais surtout pour les thèmes inclus dans à l’ordre du jour : outre la santé de la planète, la lutte contre la pandémie et les inégalités au nom d’une plus grande prospérité. Angela Merkel a déclaré que les dirigeants réunis dans le Fuksas Cloud étaient « encore plus ambitieux » que lorsqu’ils se sont réunis dans la capitale française en 2015.

L’anglais Boris Johnson inquiet au sujet du sommet de Glasgow est plus sceptique : 1,5 degré reste « dans la balance » ; L’absence de Poutine et de Xi Jinping est « très grave » ; et « si la CoP26 de Glasgow échoue, ce sera un échec pour le monde entier. Rappelons-nous ce qui est arrivé au grand Empire romain ».

Résistance de la Chine et de la Russie. Et l’Inde aussi

En revanche, le ministre russe des Affaires étrangères Serghiei Lavrov, à Rome à la place de Poutine, s’est montré très dur. « 2050 n’est pas un chiffre magique – a-t-il dit – si telle est l’ambition de l’UE, d’autres pays ont d’autres ambitions », réitérant ainsi que l’échéance russe pour zéro émission est 2060. Mais même cela n’est pas écrit. Le président chinois Xi Jinping a fait appel au principe de « responsabilités communes mais différenciées » qui figure dans la déclaration finale du sommet. Xi vise également 2060. La Chine et la Russie d’abord. L’Inde à suivre. Maintenant, cependant, de Pékin, par exemple, Draghi s’attendait à « une attitude plus rigide » et, au lieu de cela, le dialogue était possible, « ils ont senti la volonté d’aller vers les mêmes objectifs. Nous atteindrons progressivement 2050 ». Le président américain Joe Biden était encore plus rassurant : « Nous atteindrons zéro émission en 2050. Nous ne passerons pas du jour au lendemain aux énergies renouvelables, en attendant nous arrêterons de financer le charbon ».

Financement climatique

Au final, l’accord, sanctionné par les applaudissements des sherpas et suspendu à la dernière minute par un supplément de réflexion de la Turquie, coûte un équilibre entre objectifs climatiques et fonds pour les économies émergentes, avec par exemple les 650 milliards FMI de droits spéciaux. Retrait. Pour amener un géant de l’acier comme la Chine à abandonner le charbon, il est garanti que « tout progrès par rapport au passé » s’accompagne de « la promesse d’aide des pays les plus riches ». L’Italie triple sa contribution au fonds climat pour les pays les plus pauvres (le soi-disant financement climatique), avec 1,4 milliard de dollars par an pendant cinq ans. Il n’oblige pas tout le monde à faire de même et donc le fonds reste à 100 milliards par an (objectif non encore atteint). C’est la stratégie du Premier ministre Draghi et du G20 dirigé par l’Italie. Les « ambitions » sont enfin partagées, la « rapidité d’action » beaucoup moins. Mais non seulement une nouvelle sensibilité climatique de l’opinion publique chinoise est de bon augure, mais aussi la volonté du secteur privé de mettre à disposition « des centaines de milliards de dollars ».

Vaccins et lutte contre la pandémie, les autres objectifs

Quant aux vaccins et à l’Impôt Global Minimum, l’Italie estime avoir atteint des engagements « historiques » : « Nous avons posé les bases d’une reprise plus équitable ». 40% de la population mondiale sera vaccinée d’ici 2021, 70% d’ici 2022. « Si nous commençons à nous disputer, nous n’irons nulle part », a déclaré Draghi lors d’une conférence de presse rappelant cet article du New York Times dans lequel la Chine et la Russie  » se battre, parler-parler », ils se battent et se battent, mais ensuite ils parlent, ils parlent.

Ce fut un succès, même pour Meloni et Salvini

Mario Draghi remporte une réussite incontestable, personnelle, politique, pesée en termes de charisme et de leadership. Un journaliste britannique lui a demandé s’il se sentait comme le véritable leader du multilatéralisme. « Non » coupa court à Draghi. Draghi gagne mais surtout l’Italie qui a retrouvé une centralité incontestée ces derniers mois. Et le monde sort de l’ère du protectionnisme. Lire aussi nationalismes / souverainetés. Comme le montre la fin des tarifs sur l’acier entre les États-Unis et l’UE, encore un héritage de l’ère Trump. « Les résultats d’aujourd’hui ne peuvent être atteints que dans un contexte multilatéral » a conclu le Premier ministre italien, mêlant satisfaction et réalisme.

Un succès reconnu même par Matteo Salvini, « bravo pour la direction du G20, avec Mario Draghi l’Italie a retrouvé autorité et prestige international ». Parmi certaines distinctions, Giorgia Meloni doit aussi céder au de facto dai. Aujourd’hui, Draghi apporte son « livre de rêve devenu réalité » à Glasgow. Alors commencera le jeu décisif : pour lui, le Quirinale, le pays.

Albain Forestier

"Nerd passionné d'alcool. Entrepreneur d'une humilité exaspérante. Spécialiste des médias sociaux. Organisateur primé. Amoureux général de Twitter. Spécialiste de la bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *