Alice Heine, la première princesse à avoir fui Monaco

Princesse Charlène elle n’est pas de retour à Munich même à Noël. Et on ne sait pas quand on la reverra à Monte-Carlo. Avec certitude absent de Munich depuis très longtemps : à l’exception d’une très brève réapparition début novembre, ils sont maintenant dix mois. Et sa longue absence – notamment à cause des rumeurs qu’ils lui font un pas avec le divorce avec Alberto – une Royalcentral, site spécialisé dans la royauté, m’a rappelé une autre histoire. Celui de Alice Heine, la première princesse à avoir fui Monaco. Alice, après la rupture avec Albert Ier pour infidélité mutuelle, s’est enfui en Angleterre et n’est jamais revenu.

Une histoire qui s’est déroulée à cheval entre le XIXe et le XXe siècle mais il a des points de contact avec le présent. Alice comme Charléne était une étrangère. Fu la première princesse américaine de Monaco, anticipant Grace Kelly de près de soixante-dix ans. En Principauté, il n’a jamais tout à fait trouvé sa taille et est devenu une  » princesse absente « , comme l’ancien nageur français d’aujourd’hui.

Marie Alice est née à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane, le 10 février 1858 dans un famille aisée. Son père Michel Heine, d’origine allemande, était un banquier et homme d’affaires prospère, qui à un moment donné a déménagé toute sa famille des États-Unis à Paris, après la guerre de Sécession. Grâce aux connaissances de la haute société parisienne, Alice, 17 ans, retrouve bientôt son mari, Armand, marquis de Jumilhac et héritier du duc de Richelieu. Juive de naissance, Alice se convertit au catholicisme pour son mariage et donna naissance en un an à son fils Armand, suivi de sa petite sœur Odile en 1879, la même année où Alice et son mari devinrent duc et duchesse de Richelieu.

Mais le bonheur de la nouvelle duchesse s’est arrêté brusquement en 1880, à la mort de son mari la laissant veuve avec deux enfants, âgés de seulement 22 ans. Aidée par la fortune dont elle a hérité à la mort de son mari, Alice a commencé à s’établir dans la société européenne. Il est tôt, lors d’un voyage au Portugal, il rencontre Albert Ier, héritier du trône monégasque. L’amour a éclaté entre les deux, imparable, malgré le fait qu’il ait dix ans de plus qu’elle, ainsi que divorcé et père de famille.

Maman Le père d’Albert, Charles III, a refusé d’offrir sa bénédiction au mariage, convaincu qu’Alice n’était pas la bonne personne pour son fils. Le couple a donc décidé d’attendre, et il a attendu longtemps, huit ans. Un an après la mort de Charles III, Alice et Alberto ont échangé leurs vœux de mariage à Paris. C’était le 30 octobre 1889. La mariée, qui disposait d’une importante collection de bijoux et d’une dot de six millions de dollars, par son sens des affaires, contribua à améliorer la situation financière de la Principauté et à assurer sa stabilité économique. Cependant, au fil des années, le couple s’est rendu compte qu’ils n’avaient pas d’intérêts communs. Alice aimait la musique, la danse et la culture, tandis que son mari était un fervent défenseur de l’environnement et océanographe. Ils ont fini par vivre des vies séparées, avançant relations amoureuses parallèles. En particulier, elle avait un longue histoire avec le compositeur Isidore de Lara.

Fatigué de cette situation, Alice a quitté Munich. Un choix radical qui a conduit son mari à la bannir de la principauté. Alice et Albert ont été séparés en 1902, mais n’ont jamais divorcé. Le père d’Alice a tenté de négocier le retour d’une partie de sa grande dot, mais la famille Grimaldi a refusé. A Londres Alice elle fréquente la haute société et se lie d’amitié avec la reine Alexandra. Le 26 juin 1922, à la mort d’Albert Ier, elle devient la princesse veuve de Monaco. Il décède trois ans plus tard à Paris, le 22 décembre 1925, à l’âge de 67 ans. Elle est enterrée au cimetière du Père Lachaise dans la capitale française et sa pierre tombale se lit « Alice, princesse de Monaco ».

Une histoire oubliée depuis longtemps, aujourd’hui de retour sur le devant de la scène grâce à Royal Central, qui a souligné le similitudes avec la longue absence de la princesse Charléne, qu’il a bien dépensé dix mois en Afrique du Sud tout en se remettant d’une intervention chirurgicale après avoir contracté une infection grave. Début novembre, elle a brièvement rejoint le prince Albert et leurs jumeaux de sept ans, Jacques et Gabriella, avant de quitter à nouveau Munich pour être admis dans une clinique de réadaptation suisse. Alberto a expliqué le mois dernier que sa femme souffrait d' »épuisement, à la fois émotionnel et physique », tandis que des amis ont récemment révélé à Sixième page que Charléne « a failli mourir » alors qu’elle était en Afrique du Sud.

Quant à la princesse Alice, aussi dans le cas de Charléne et Alberto, des rumeurs de trahison (de lui) courent depuis un certain temps, qui serait la base de la longue séparation et de son mal-être. Ce qui est sûr, c’est que l’épilogue de la présente histoire n’est pas encore écrit, et cela ne veut pas dire qu’il doive suivre celui d’Alice, qui ne revint jamais à Munich.

Campion Roussel

"Explorateur. Érudit de Twitter. Organisateur dévoué. Junkie extrême d'Internet. Nerd de voyage incurable."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.