Ataxie : le cheval semble ivre

« L’ataxie est un trouble du système nerveux dans lequel les signaux du cerveau ne passent pas ou seulement partiellement, de sorte que les allures d’un cheval sont influencées. » (Photo : Johanna Faber)

Un étalon frison de deux ans et demi est venu pour une consultation avec le vétérinaire Rodinde Hoogenraad van Clinique du cheval Vinkega. Le nom de l’étalon était Fugeltsje, frison pour verre à liqueur, et selon Hoogenraad, c’était un nom approprié à l’époque : « Il semblait en mouvement comme s’il avait regardé un peu trop profondément dans le verre. Au pas, les pattes postérieures allaient au sol de manière incontrôlable comme un « pied tombant » et dans les virages, les pattes se balançaient vers l’extérieur. Fugeltsje pouvait trotter, avec difficulté, mais lors d’une transition du trot au pas, il hocha les genoux et avec un virage serré, il faillit tomber.

Ataxie ou simplement boiterie ?

Fugeltsje a montré des caractéristiques qui appartiennent à un cheval ataxique. L’ataxie est un trouble du système nerveux. En raison de dommages au système nerveux, les signaux du cerveau ne parviennent pas, ou seulement partiellement, de sorte que les allures d’un cheval sont affectées. Habituellement, il y a des dommages à la colonne vertébrale dans le cou (syndrome de wobbler). Cela peut être dû à un accident, un coup de pied ou une chute (traumatisme) ou un morceau d’os lâche (TOC) dans le cou. Rodinde Hoogenraad raconte : « Plus d’une fois, je suis tombé sur un cheval frison qui est encore « mou » à un jeune âge. Ces chevaux ont aussi souvent un réflexe retardé dans les transitions, vous pouvez donc les voir incliner légèrement la tête dans les genoux arrière. Parfois, ils ont aussi du mal à galoper. Cela peut souvent être amélioré par l’entraînement et certains traitements des genoux. La ligne de démarcation entre le « boitement » et l’ataxie est parfois mince, mais en effectuant un certain nombre de tests, vous saurez rapidement si vous avez affaire à un cheval boiteux ou à un cheval frison ataxique. ‘

Acupuncture

Sur la base de l’examen clinique et des radiographies du cou, Rodinde soupçonnait qu’il provenait de l’arrière en T18-L1, la transition de la dernière côte à la première vertèbre lombaire. « Bien que la médecine vétérinaire ordinaire n’offre pas beaucoup d’options pour traiter un tel trouble nerveux, il apparaît souvent que les résultats sont parfois obtenus avec un traitement local avec des techniques d’acupuncture, du temps et un calendrier de rééducation », déclare Hoogenraad, « j’ai la place avec la technologie manuelle et un traitement d’acupuncture locale. J’ai ensuite demandé au propriétaire de marcher tout droit avec la main de Fugeltsje tous les jours, si possible pendant une demi-heure. Ce n’est pas facile avec un jeune cheval, mais le propriétaire de Fugeltsje était très motivé et c’est devenu de plus en plus facile grâce à la manipulation quotidienne.’

Remis à neuf

Après six semaines, Fugeltsje avait clairement le dos moins arrondi, était beaucoup moins douloureux et n’était plus près de tomber. La coordination des membres postérieurs était encore anormale. Hoogenraad a ensuite répété le traitement. Le printemps est arrivé et Fugeltsje a été admis dans un petit enclos, à côté d’autres chevaux, mais pas de retour dans le troupeau. Au bout de six mois, il était déjà si bien qu’il pouvait être poussé. Rodinde Hoogenraad conclut : « Fugeltsje a maintenant plus de 4,5 ans et fait un bon test de dressage B/L, où vous pourriez penser qu’il est encore un peu faible, mais un fûgeltsje de trop ? Non, ce n’est pas si mal…’

Lisez l’histoire pratique complète des drs. Rodinde Hoogenraad à Phryso en janvier

Albain Forestier

"Nerd passionné d'alcool. Entrepreneur d'une humilité exaspérante. Spécialiste des médias sociaux. Organisateur primé. Amoureux général de Twitter. Spécialiste de la bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.