Colonne | Le cyclisme est un sport machiste. Ça pince à se raser les jambes et prendre soin de soi

Les cyclistes professionnels le font. Et les cyclistes passionnés aussi. Mais sinon, se raser les jambes est naturel pour les gays. Tout comme ces combinaisons cyclistes en lycra super moulantes, dans lesquelles on peut tout voir – oui : tout. Ou un maillot rose comme récompense pour avoir remporté le Tour d’Italie. Bien que. Maintenant que de plus en plus de personnes grimpent sur un vélo de route, toutes ces choses sont également devenues plus courantes. Et pourtant, aucun cycliste professionnel n’est gay. J’ai souvent réfléchi à la raison, et ces derniers temps, lorsque le footballeur professionnel Jake Daniels est sorti et que le joueur de hockey Pepijn Keppel a écrit un livre sur le fait d’être gay dans son sport, bien plus encore.

En moyenne, une personne sur vingt est homosexuelle. Il y a 510 cyclistes dans le WorldTour. Statistiquement, 25 coureurs du WorldTour devraient être attirés par les hommes. Ce n’est pas parce qu’aucun ne le fait qu’il n’y a pas de cyclistes homosexuels. Non, cela veut dire que le sujet est encore plus tabou en cyclisme qu’en football, ou dans d’autres sports. Il n’y a pas d’autre moyen.

Maintenant, mon instinct peut dire cela à propos d’un peloton dans lequel je n’ai jamais roulé moi-même, mais bien sûr, quelque chose comme ça doit être vérifié. J’ai donc contacté un homme avec une longue expérience dans le WorldTour pour échanger des idées.

« Les homosexuels ne choisiraient-ils pas simplement un sport comme le cyclisme ? Non, bien sûr que ça l’est », se corrigea-t-il immédiatement. « C’est ce qu’ils ont toujours dit à propos du football. La même chose devrait s’appliquer au cyclisme : la peur de sortir. Mais je n’ai pas connu l’homophobie une seule fois dans toute ma carrière. Alors mon Dieu, pourquoi n’est-ce pas un thème dans notre sport qu’il n’y ait pas de gays ? »

Il réfléchit un instant. « Je crois que vous pouvez avoir peur que les équipes ne veuillent plus de vous. Parce que le fait que je n’ose pas dire avec certitude que les équipes traditionnelles de, par exemple, la Belgique et la France ne trouvent pas cela problématique, en dit long. »

Le cyclisme est un sport conservateur, personne n’aime mettre la tête hors du sol, de peur d’être « difficile ». Et le cyclisme est un sport machiste. Cela entre en conflit avec des traits féminins tels que se raser les jambes et prendre soin de soi.

« Maintenant que j’y pense, je me rends compte qu’on m’a souvent jeté sur la tête ‘gay’ pour cette raison. Pas dans le peloton bien sûr, car tout le monde s’y rase. Mais précisément par des personnes extérieures au sport. Alors que vous voulez vraiment être macho. Cool. fort. Avec beaucoup de femmes autour de vous. Cela augmente votre statut de cycliste.

On s’est demandé combien d’homosexuels auraient abandonné parce qu’ils ne se sentaient pas à l’aise parmi les cyclistes qui veulent faire tout ce qu’ils peuvent avec un comportement machiste pour ne pas être perçus comme homosexuels par le monde extérieur. Nous ne pouvions pas comprendre.

« Cela devrait être étudié. J’espère aussi que ça changera. Qu’au moins on parle d’être gay dans la meute n’est pas un problème. Personnellement, je pense que ce serait cool si un de mes collègues sortait. Je le soutiendrais immédiatement.

Et maintenant dites pour vous-même. L’homosexualité manifeste devrait être la norme dans tous les sports. Mais dans le sport avec le maillot arc-en-ciel comme prix ultime.

Marijn de Vries est un ancien cycliste professionnel et journaliste.

Perrine Lane

"Passionné de voyages indépendant. Amateur de bacon sympathique. Résolveur de problèmes passionné. Férus du Web. Créateur professionnel."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.