Coronavirus aujourd’hui. OMS: avec Omicron et Delta tsunami de cas et systèmes de santé vers l’effondrement

Étude de l’UE, creusement de l’écart entre les zones urbaines et rurales

La crise sociale et économique déclenchée par la pandémie de coronavirus a creusé le fossé entre les zones rurales et urbaines, en particulier dans certains États membres d’Europe centrale et orientale, comme la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie. Il s’agit de la photographie extraite d’une enquête en ligne sur l’impact de la pandémie sur les territoires menée par Eurofound en trois étapes (printemps 2020, été 2020, printemps 2021) et illustrée dans le dernier numéro de TerritoriALL, magazine édité par l’étude Espon programme, spécialisé dans les analyses régionales. En particulier, il est apparu qu’un an après le déclenchement de la pandémie, le pourcentage de ceux qui avaient des difficultés à joindre les deux bouts était près de 7 % plus élevé dans les zones rurales que dans les zones urbaines.

Un an plus tôt, au printemps 2020, la différence était de 5 %. Une tendance, écrivent les chercheurs, observée dans la plupart des États membres, bien qu’à des degrés divers. Les difficultés financières dans les zones rurales sont un réel problème : en Bulgarie, en Hongrie, en Lituanie et en Roumanie, 70 % des personnes vivant loin des grands centres ont déclaré avoir des difficultés à joindre les deux bouts, tandis qu’en Croatie, en Grèce et en Slovaquie, ce chiffre est encore plus élevé. Dans les mêmes pays, le pourcentage de personnes résidant dans les villes qui ont signalé des difficultés financières est en revanche significativement plus faible. Les répondants se sont plaints de difficultés à payer les factures, le loyer et les hypothèques.

Plus précisément, le pourcentage de personnes interrogées, résidant à la fois dans les zones rurales et urbaines, qui ne sont pas en mesure de payer les services publics tels que l’électricité, l’eau, le gaz et les connexions téléphoniques, a augmenté. Dans le même temps, 8,10 % des personnes interrogées, résidant en zone rurale, ont déclaré ne pas pouvoir payer leur loyer ou leur hypothèque. Les personnes vivant dans les zones rurales ont été particulièrement exposées, expliquent les chercheurs, également en raison de niveaux de revenus et d’épargne inférieurs à ceux qui vivent dans les centres urbains. Par conséquent, l’impact à long terme de la pandémie sur le fossé entre les villes et les campagnes dépendra fortement de la capacité de ces dernières à répondre aux défis posés par la crise et à faire en sorte que la transition vers la « nouvelle normalité » ne laisse pas eux derrière.

Marceline Desjardins

"Drogué du Web. Évangéliste des médias sociaux. Communicateur professionnel. Explorateur amateur. Praticien en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.