France : Valérie Pécresse, la concurrente la plus dangereuse de Macron – politique

Valérie Pécresse aime le fromage. Et dans la façon dont les politiques aiment le fromage : comme lettre de candidature aux électeurs, comme engagement pour la culture française. Ce qu’elle aime le plus dans la campagne électorale, a déclaré la candidate des Républicains à la présidentielle dans une récente interview télévisée, c’est l’occasion de goûter d’autres fromages dans tout le pays. De plus, des images ont été montrées de Pécresse chargeant des sacs de fromage, qu’elle qualifie de « très intense », dans sa voiture de fonction. Et s’il y a une chose qui la décrit le mieux, c’est le fait qu’elle « adore manger ».

Vous pouvez écarter cela comme une affaire mineure, ou vous rappeler l’étendue de la sympathie nationale lorsque l’ex-président Jacques Chirac est décédé en 2019. À l’époque, deux déclarations étaient faites dans chaque commentaire : Chirac était le dernier grand président de la France qui connaissait encore le personnes derrière lui. Et Chirac a vraiment très bien mangé. Beaucoup et toujours. Qui a enseigné à Pécresse l’art du fromage ? De son père adoptif politique Chirac, qui a fait de la désormais âgée de 54 ans son conseiller en 1998. Pécresse semble avoir trouvé sa stratégie dans la discipline électorale d’une proximité offensivement affichée avec le peuple.

Et en effet : Pécresse n’est pas seulement bien préparée pour cette campagne électorale, elle ne pouvait pas mieux démarrer pour elle. Samedi, Pécresse a été nommée candidate à la présidentielle par un vote interne dans son parti Les Républicains. Et trois jours plus tard, le premier sondage prédit leur victoire pour avril 2022. « Pécresse bat Macron » titrait un journal mercredi comme si cela s’était déjà produit.

L’une des dynamiques communes aux campagnes présidentielles françaises est que les candidats des principaux partis font un bond en avant lorsqu’ils sont officiellement nommés. Mais à Pécresse, ce bond a été exceptionnellement important : l’institut de sondage Elabe l’a constaté à 20 % mardi. Une augmentation de onze points de pourcentage. Et si Pécresse rencontrait Emmanuel Macron au second tour, elle pourrait battre le président sortant. Selon Elabe, elle est actuellement à 52%, Macron à 48. Avant même que Pécresse ne prévale parmi les Républicains, on disait depuis l’Élysée qu’elle était considérée comme la « concurrente la plus dangereuse de Macron ».

« Si vous êtes à gauche, vous le savez »

Alors qui est Pécresse ? Elle est née à Neuilly-sur-Seine, une banlieue nord-ouest de Paris, l’une des communautés les plus riches de France. La mère est femme au foyer, le père un professeur d’économie bien connu, la fille Valérie fréquente les meilleures écoles. Elle est d’abord diplômée de la célèbre école de commerce HEC, puis de l’école d’administration d’élite ENA, la forge française des cadres pour les hommes politiques et les futurs présidents. Sa carrière politique a débuté sous Chirac en tant que consultante. Adolescente, elle se considérait comme « ni de gauche ni de droite », a déclaré Pécresse dans une interview. Et d’ajouter : « Mais cela veut généralement dire que vous êtes à droite, parce que quand vous êtes à gauche, vous le savez. »

Sous Nicolas Sarkozy, qui apporte à l’Élysée un ton d’identité nationale comme personne avant lui, Pécresse devient ministre des Universités et de la Recherche en 2007. En 2015, elle est élue présidente de la région Île-de-France, qui comprend également Paris. Pécresse aime souligner qu’en tant que présidente de région, elle économise et évite de nouveaux emprunts. Si vous décrivez Pécresse dans les mots de ses adversaires, c’est une carriériste refroidie qui adapte de manière opportuniste ses positions à l’air du temps. En 2012, elle a participé à des manifestations contre « le mariage pour tous ». Ces « Manif pour tous » étaient organisées par des catholiques archi-conservateurs qui soutenaient l’aile droite des Républicains. En 2014, Pécresse a déclaré qu’elle avait changé d’avis que « le mariage pour tous » ne devrait pas être inversé.

Dans son propre imaginaire, Pécresse est « deux tiers Angela Merkel, un tiers Margaret Thatcher ». Pécresse choisit cette comparaison d’une part pour souligner qu’en France le temps est venu pour une femme de diriger l’Etat. D’autre part parce que, comme Merkel, elle veut être perçue comme une pragmatique. Et comme Thatcher comme un réformateur dur.

Mais qu’en est-il de la comparaison Merkel ? Presque personne ne peut mieux répondre à cela que Marion Van Renterghem, la biographe la plus connue de Merkel en France, qui a publié un livre d’entretiens avec Pécresse en 2019 et connaît donc très bien les deux femmes. « C’est très à la mode de se comparer à Merkel en raison de son mandat de longue date et de sa popularité », déclare Van Renterghem. Le collègue interne de Pécresse à l’indicatif régional des Républicains, Michel Barnier, et la candidate socialiste à la présidentielle Anne Hidalgo s’étaient comparés à Merkel. Avec Pécresse, cependant, cette comparaison a une base crédible : « Pécresse et Merkel ont en commun d’être une femme travailleuse, calme, qui gagne peu d’argent et qui sait travailler en équipe. De plus, les deux femmes ont réussi à tenir tête à les machos s’imposent dans leurs partis respectifs.

Votre grande tâche : « unir les extrêmes de votre parti »

Pécresse est la première femme à être dirigée par les conservateurs comme candidate à la présidentielle. Un fait que Pécresse évoque souvent et fièrement. Après son élection, elle a remercié les députés des Républicains pour « leur courage » à mettre en place une femme. Pour le biographe de Merkel Van Renterghem, cependant, les parallèles entre Pécresse et l’ancienne chancelière se terminent par l’identité politique des deux hommes politiques. Pécresse se positionne « nettement plus à droite » que Merkel. De plus, Pécresse est confrontée à la tâche d' »unir les extrêmes de son parti. Ce sera difficile », a déclaré Van Renterghem.

Pécresse avait remporté le second tour des élections du parti contre l’ailier droit Éric Ciotti. Pécresse a recueilli 61 % des voix, Ciotti 39. Un résultat suffisamment élevé pour faire du sud de la France l’une des voix les plus audibles des Républicains en ce moment. Ciotti ne cache pas sa proximité idéologique avec le candidat d’extrême droite à la présidentielle Éric Zemmour.

Albain Forestier

"Nerd passionné d'alcool. Entrepreneur d'une humilité exaspérante. Spécialiste des médias sociaux. Organisateur primé. Amoureux général de Twitter. Spécialiste de la bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.