Generali, Del Vecchio vs Donnet-Nagel : « Les dividendes au détriment de la croissance »

Del Vecchio : « Nous devons accélérer maintenant la croissance et la modernisation »

Léonard de Vecchio, le fondateur de Luxottica, l’homme qui détient aujourd’hui environ 6,5% des Général, 19,4 % des Mediobanca et 2% de UniCrédit, en plus de 27,2 % de Covivio avec ses 26 milliards d’actifs immobiliers européens, il étudie le système financier italien. « Aujourd’hui – explique Del Vecchio à Corriere della Sera – on a une opportunité unique et irremplaçable transformer ce pays. « Bien sûr en 2021 Italie bénéficié d’une rare ouverture de crédit par de nombreux observateurs européens et internationaux, résumée dans la nomination dont l’un

Generali, Del Vecchio achète 0,107 % : le Pacte passe au-dessus des 16 % / Leonardo Del Vecchio par l’intermédiaire de Delfin a acheté un autre paquet d’actions Generali entre le 22 et le 23 décembre, égal à 0,107 % du capital, selon ce qui ressort des communications internes relatives aux transactions. Delfin contrôle désormais 6,61 % de Del Leone et le pacte d’actionnaires signé avec Francesco Gaetano Caltagirone et la Fondation Crt passe le seuil des 16 %, à 16,06 %.

« Pays de l’année » deÉconomiste. « Le temps disponible ne sera pas beaucoup et une prochaine opportunité viendra peut-être trop tard. Nous courons toujours après Ventes en ligne – il observe – et nous ne nous rendons pas compte que ce qui nous semble un but c’est déjà le passé« .

Au siège d’EssiLux à Milan, on parle déjà de Métaverso et réalité augmentée, avec une attention constante à toutes les applications possibles des technologies du futur.

« Italie – continue du vieil homme – ce n’est plus la forêt pétrifiée qu’elle était autrefois mais après la crise de l’euro et la pandémie elle doit certainement accélérer sur le chemin de la croissance et de la modernisation.

L’entrepreneur déclare : « Nous devons des choix révolutionnaires qui dénouent tous les liens qui viennent du passé. Nous devons commencer à abattre les murs et à créer des champions nationaux puis européens concourir à égalité avec les géants internationaux. Nous avons besoin d’une lentille de entrepreneurs plus que de financiers. Aujourd’hui, les dividendes se font souvent au détriment de la croissance de la taille des entreprises », dit-il.

Et d’après ce constat, à son avis, même pas le secteur bancaire e Assurance. « Le monde de la finance nationale, malheureusement, est le plus fragile et le plus retardé, protégé jusqu’à présent par des réglementations et des relations fortes qui ne pourront plus garantir sa survie », conclut le président du géant italo-français, soulignant que « Pour cela et pour bien d’autres raisons le slogan « small is beautiful » est non seulement faux, mais répand une tranquillité illusoire qui freine toute urgence de changement. Le temps de prendre nos risques dans la certitude qu’en l’absence de cette évolution, nous sera voué à disparaître ».

Selon de nombreux observateurs, la référence est aux choix de la nouvelle PDG du Generali Assurances Philippe Donnet, soutenu par celui de Mediobanca Alberto Nagel, à partir de augmenter d’au moins 700 millions pour les trois prochaines années, avec le nouveau plan industriel, le dividende total (de 4,5 milliards le précédent plan d’affaires à 5,2-5,7 milliards d’euros). Des ressources et des choix qui, selon le plus grand entrepreneur italien, ne sont même pas utilisés dans les grandes fusions-acquisitions et « se font au détriment de la croissance de l’entreprise ».

Campion Roussel

"Explorateur. Érudit de Twitter. Organisateur dévoué. Junkie extrême d'Internet. Nerd de voyage incurable."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.