Harrie Lavreysen veut rouler plus vite qu’une voiture sur une route provinciale

Le cycliste sur piste Harrie Lavreysen veut rouler encore plus vite cette année. Plus rapide que 80 kilomètres par heure. C’est l’un de ses objectifs pour la nouvelle saison. Le coureur de Luyksgestel veut également redevenir champion du monde. Sa saison débute jeudi soir à Glasgow lors de la Coupe des Nations.

Il était encore à De Kuip pour la finale de la coupe dimanche soir. Devant lui se trouvait une boîte avec d’éminents joueurs du PSV. Mais dire que Harrie Lavreysen, double champion olympique depuis l’an dernier, est aussi fan du club d’Eindhoven ? C’est aller trop loin, dit-il au SAI

« J’étais dans une skybox neutre, en tant qu’ambassadeur d’une loterie. Mais en tant que joueur du Brabant, je dois bien sûr être du PSV, donc la soirée s’est terminée plutôt bien pour moi. » Le PSV a remporté la finale contre l’Ajax 2-1.

C’était la dernière soirée de détente avant que la nouvelle saison de sprint ne prenne sérieusement forme. Le lendemain, Lavreysen s’est envolé pour Glasgow, où des matchs de la Coupe des Nations sont prévus jeudi, le premier pour les Pays-Bas en trois ans.

« Il était 1,1 km/h plus rapide que le numéro deux. C’est beaucoup. »

Et il faudra un certain temps pour s’y habituer pour Lavreysen, 25 ans. Quand il regarde autour de lui, il ne voit plus le même groupe de personnes avec qui il a fêté ses succès à Tokyo l’été dernier.

Pour commencer, il y a un nouvel entraîneur national, l’Allemand René Wolff. Il a succédé à Hugo Haak le 1er février, avec qui Lavreysen a tout gagné pour gagner en cinq ans.

En plus du sprint par équipe jeudi, Harrie Lavreysen courra également le keirin (samedi) et le sprint individuel (dimanche).

Confirmation que tout va bien, il l’a reçue samedi dernier à Gand. Là, il a déjà pu tester ses jambes lors d’un tournoi de sprint individuel très chargé, avec quelques tops de France. Et il a rapidement battu son propre record de trois ans.

« Je suis encore jeune et j’espère continuer très longtemps. »

Il a atteint une moyenne de 75 kilomètres par heure. « Ça s’est bien passé. » Wolff a également accepté. Ce n’est pas tant le temps qui a impressionné le nouveau sélecteur, ou la vitesse, que la différence avec la concurrence. « Il était 1,1 km/h plus rapide que le numéro deux. C’est beaucoup. »

Wolff connaissait un peu Lavreysen depuis sa période précédente en tant qu’entraîneur national. « Depuis 2017, Harrie repousse les limites. Il y a encore peu de choses à bricoler. »

Lavreysen a noté qu’il devait aller profondément à Gand. « Mais à la fin, j’ai quand même gagné par une grande différence. »

La vitesse moyenne semble bizarrement élevée pour un profane, 75 kilomètres à l’heure, mais pour le multiple champion de sprint, ce n’est certainement plus une première. « Je pense que ma vitesse de pointe n’est même que de 80 kilomètres par heure, mais cela n’est jamais mesuré. Ils font en moyenne plus de 200 mètres. »

« Je n’ai pas besoin d’être l’homme le plus fort des Pays-Bas. »

Qu’il pense encore pouvoir devenir plus fort et plus rapide ne rassurera pas la concurrence. Ni cette affirmation : « Je suis encore jeune, également dans ce sport. Et j’espère continuer encore longtemps. »

La force supplémentaire doit être dans les jambes, bien que Lavreysen indique immédiatement que « nous ne devrions pas devenir des culturistes à vélo ». « Je n’ai pas besoin d’être l’homme le plus fort des Pays-Bas. »

En 2022, les championnats du monde sont l’objectif principal. Celles-ci auront lieu en octobre à Paris, dans la salle où se dérouleront les compétitions olympiques en 2024.

Perrine Lane

"Passionné de voyages indépendant. Amateur de bacon sympathique. Résolveur de problèmes passionné. Férus du Web. Créateur professionnel."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.