La Bavière en tant que site économique perd de son élan

L’air semble être un peu éteint avec le développement ultérieur des sites industriels en Bavière. D’autres pays vont plus vite, notamment la Chine.

La Bavière dans l’un des derniers endroits

L’État libre est désormais à la 30e place sur 45 pays. C’est non seulement assez loin derrière, mais aussi trois places de moins qu’il y a un an, a déclaré l’Association de l’économie bavaroise (vbw) dans son « classement dynamique » annuel. « Nos concurrents se développent rapidement et rattrapent leur retard, notamment la Chine », a déclaré Bertram Brossardt, directeur général de vbw.

La Chine au premier plan

La Chine est en tête du classement. Selon l’étude, l’infrastructure en particulier s’est beaucoup améliorée ces dernières années – l’un des 60 facteurs que vwb prend en compte dans son classement dynamique. Ceux-ci vont de l’éducation et de la bureaucratie aux coûts et aux impôts. Avec cela, le vwb ne veut pas évaluer l’état actuel des sites industriels, mais plutôt montrer un large spectre.

L’Allemagne est derrière la Bavière

Non seulement la Bavière, mais aussi d’autres pays industriels développés ont tendance à être au bas de la comparaison. L’Allemagne dans son ensemble se classe 31e derrière la Bavière, les États-Unis sont 32e, le Japon 34e. Cependant, certains pays industrialisés font aussi mieux que la Bavière ou l’Allemagne : les auteurs de l’étude placent l’Italie à la 18e place et la France en termes de dynamique à la 22e place.

Le coût élevé comme raison de la banquette arrière

Le vbw voit la raison de la mauvaise performance de la Bavière et de l’Allemagne dans les coûts élevés que l’État génère. Ceux-ci vont des coûts de main-d’œuvre aux prix de l’énergie et aux taxes. En termes de coûts, l’Allemagne n’est pas compétitive, a déclaré Brossardt.

Campion Roussel

"Explorateur. Érudit de Twitter. Organisateur dévoué. Junkie extrême d'Internet. Nerd de voyage incurable."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.