L’Allemagne remporte l’Italie et se rétablit dans le Groupe 3

Après trois nuls, les Allemands ont actionné le rouleau compresseur mardi soir face à l’Italie (5-2).
Ils ne devraient pas être vexés. Tenus en ligne durant les trois premières journées, les Allemands ont donné l’exemple footballistique à l’Italie mardi soir (5-2). La Mannschaft devance de peu le leader du Groupe 3, à un point de la surprise hongroise
Sur le papier, il n’y avait pas de photographie vers le début de cette Allemagne-Italie. Avec un nombre considérable de blessures, la Nazionale a cru le jeune tout au long de ces quatre premiers matches de la Ligue des Nations. Une recette productive pour le groupe de Roberto Mancini, pionnier avant le quatrième jour. En tout cas, pour ce dernier rendez-vous de l’époque, Hansi Flick avait besoin de retrouver des certitudes à cause d’un onze sérieux.

L’Italie dépassée par les occasions

Rapidement, le Borussia-Park a compris que la Mannschaft prévoyait d’avoir le contrôle du match. Les Allemands se sont emparés du ballon et ont apposé les développements hostiles jusqu’à l’ouverture du score de Joshua Kimmich (dixième). Désolé à proximité sur une passe arrière de Raum, le métronome de Munich a déjà présenté les défis de la protection restrictive.

Pour stopper ces vagues allemandes, Roberto Mancini a acquis Luiz Felipe dès la 44e minute et s’est déplacé à 5 derrière. Après cinq minutes, l’Allemagne écope d’un penalty… Alors que l’arrivée du temps additionnel approche, Hofmann se fait piéger par Bastoni et Gündogan fait le break.
Malgré un double changement à la reprise, Mancini ne trouvait pas dans cet état d’esprit l’arrangement des assauts des partenaires de Thomas Müller. La dernière option marquait 3-0 sur un ballon mal dégagé (51e) avant que Werner ne s’offre un doublé express (68e, 69e).

Incroyable première pour Gnonto

Gnonto, un jeune zurichois, a sauvé la distinction en inscrivant son objectif le plus mémorable pour le choix (pour sa quatrième sélection à 18 ans) à la 78e minute. En fin de rencontre, Bastoni a évité aux siens de subir la plus lourde défaite de leur série d’expériences face à l’Allemagne (90e+4). Sa tête au poteau proche a battu un Neuer des grands soirs, créateur d’une autre exécution de haute volée à 36 ans.

Cette déroute coûte cher à l’Italie, actuellement troisième du rassemblement (4 points). L’Allemagne (6 points) grimpe juste derrière les Hongrois (7 points) avant de les tester le 23 septembre.

Albain Forestier

"Nerd passionné d'alcool. Entrepreneur d'une humilité exaspérante. Spécialiste des médias sociaux. Organisateur primé. Amoureux général de Twitter. Spécialiste de la bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.