Le drame des migrants en Manche et les tensions entre la France et la Grande-Bretagne

AGI – Horreur dans la Manche : au moins 31 migrants tentant de rejoindre les côtes britanniques sont morts noyés. Le drame est le plus lourd jamais survenu dans ce bras de mer depuis la reprise des traversées avec une insistance particulière il y a deux ans.; et est destiné à raviver la polémique entre la France et la Grande-Bretagne, à un moment où les tensions entre les deux pays ne manquent pas. Dans la soirée, la France a annoncé avoir arrêté quatre passeurs présumés.

Le président français, Emmanuel Macron, a déclaré qu’il ne laisserait pas la Manche devenir « un cimetière », a appelé à un renforcement immédiat des instruments dont dispose Frontex ; a appelé à « une réunion urgente » des ministres de l’UE et assuré qu’il « fera tout » pour retrouver les responsables. Le Premier ministre britannique Boris Johnson – qui doit également faire face à la colère des conservateurs face au nombre croissant de débarquements – a appelé un cabinet d’urgence Cobra. « Choqué et profondément attristé », a-t-il dit, « les trafiquants d’êtres humains s’en tirent littéralement à bon compte ».

Le drame a eu lieu peu après 14 heures : un bateau surchargé, probablement un long canot de ceux qui prennent l’eau quand il est trop pesé au centre, a chaviré dans la mer agitée, sous la pluie et dans le froid. Ce sont les pêcheurs français qui ont lancé l’alerte car ils avaient vu des cadavres flotter à la surface de l’eau.

Le Royaume-Uni accuse depuis des semaines la France de ne pas en faire assez pour bloquer les départs et arrêter les trafiquants ; mais après des semaines de tension, Londres et Paris avaient récemment décidé de renforcer leur coopération. Quelques heures avant l’accident, des photos prises sur une plage près de Wimereux, à quelques kilomètres au nord de Boulogne-sur-Mer, montraient un groupe d’une quarantaine de migrants poussant à la mer les canots pneumatiques gardés par la police française qui apparemment n’ont pas n’a rien fait pour les arrêter.

Les dériveurs ont ensuite été photographiés à leur arrivée au Royaume-Uni, ce qui signifie que ce ne sont pas eux qui ont chaviré. Mais il y avait aussi des enfants dans le groupe de départ, bien que le gouvernement français ait promis hier sa propre répression.

La tragédie survient dans le contexte des tensions récentes entre le Royaume-Uni et la France au sujet des licences de pêche post-Brexit; et après la polémique suite à l’accord Aukus à Londres avec l’Australie et les USA qui a fait exploser un contrat français d’un milliard de dollars. Incidemment, le rythme des arrivées a considérablement augmenté cette année et ces derniers mois. Selon Londres, 22 000 migrants ont fait la traversée au cours des dix premiers mois de l’année (ils étaient 8 000 en 2020 et un millier en 2019).

Et la tendance est à la hausse : le mois de novembre, malgré les températures hivernales, a été le plus chargé de tous les temps, avec plus de 4 000 traversées. « Un drame causé par des trafiquants qui jouent avec la vie de personnes vulnérables », a tweeté le président du Conseil européen, Charles Michel. « Nous devons travailler avec le Royaume-Uni pour réprimer le commerce des trafiquants d’êtres humains. »

Louie Roy

"Aspirant défenseur de la télévision. Pionnier de l'alimentation. Amateur de bacon hardcore. Résolveur de problèmes indépendant. Expert en bière. Spécialiste de la culture pop. Nerd Twitter. Webaholic."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.