« Le nucléaire bloque l’innovation » | Entreprise

  • à partir deJoachim Will

    fermer

L’expert environnemental Michael Müller sur les projets de nouvelles centrales nucléaires dans l’Union européenne, les expériences avec des réacteurs coûteux et les attentes d’une coalition de feux de signalisation.

Le nucléaire est-il « vert » ? Cette question est vivement débattue au sein de l’Union européenne. Les partisans du nucléaire tels que la France et les pays d’Europe de l’Est promeuvent la technologie comme économiseur de climat, et il y a de plus en plus de signes que la Commission européenne veut céder. L’expert environnemental du SPD Michael Müller considère que le débat est faussé. L’énergie nucléaire est loin d’être exempte de CO2 et trop chère pour protéger le climat, dit-il.

Monsieur Müller, le nucléaire pourrait connaître une renaissance dans l’Union européenne. La France et un certain nombre d’autres pays souhaitent que l’UE les approuve en tant que « technologies vertes » pouvant être financées dans le cadre du « Green Deal ». Le nucléaire peut-il sauver le climat ?

Non. D’une part, la construction de nouvelles centrales nucléaires arriverait beaucoup trop tard en raison des longs délais de construction. Nous sommes entrés depuis longtemps dans la phase critique où nous approchons des points de basculement du système climatique, et l’énergie nucléaire n’est pas en mesure d’atteindre la réduction de CO2 nécessaire. Il est aussi systématiquement orienté vers la consommation la plus élevée possible et bloque les innovations écologiques. Le Bundestag a traité la question il y a 30 ans. Bien que la majorité CDU/CSU et FDP de l’époque soutenaient l’énergie nucléaire, la Commission d’enquête sur le climat est parvenue à la conclusion unanime « qu’elle ne peut promettre aucun succès dans la protection du climat ». Il s’agit plutôt d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables.

Mais il est indéniable que les réacteurs nucléaires n’émettent aucun CO2 lorsqu’ils sont en fonctionnement.

Il n’y a pas d’émissions directes de CO2 pendant le fonctionnement. Mais elles existent, entre autres, dans l’extraction et le traitement du minerai d’uranium, l’enrichissement de l’uranium et son traitement, l’assemblage et le transport de combustible. De plus, des matières premières avec des sacs à dos à haute teneur en CO2 sont nécessaires pour la construction de centrales nucléaires. Et il y a aussi un processus de suivi très long lors du démantèlement de la centrale nucléaire et du stockage des déchets nucléaires. Toutes ces émissions doivent être prises en compte. Dans une telle vue d’ensemble, même une centrale de production combinée de chaleur et d’électricité au gaz naturel est nettement moins chère qu’une centrale nucléaire.

Alors pourquoi le nucléaire a-t-il encore autant de partisans ?

Pas en Allemagne, aussi parce qu’il y a eu un fort mouvement anti-nucléaire ici depuis les années 1970. Mais il y a aussi des voix individuelles parmi nous qui veulent revenir à l’énergie nucléaire ; cela reviendrait à lier peste et choléra. Dans d’autres pays, la situation est différente. Mais si vous regardez attentivement les livres là-bas, alors les avantages de l’énergie atomique sont des illusions exagérées de fantasmes techniques. Ils continuent de se diriger « pacifiquement vers la catastrophe », comme l’a écrit un jour l’auteur Holger Strohm.

Michel Muller.

© Kosinsky/Skillshare.eu

La France envisage apparemment de faire construire six nouveaux grands réacteurs. De plus, Paris veut développer des réacteurs plus petits qui devraient être particulièrement sûrs. Si les systèmes sont aussi inefficaces que vous le dites, comment cela peut-il fonctionner ?

Les annonces de centrales nucléaires supposées sûres, faites depuis des décennies, n’ont jamais été tenues. Mais les centrales nucléaires sont devenues de plus en plus chères. Et si les exploitants devaient prouver qu’un accident majeur est totalement impossible, aucune centrale nucléaire ne pourrait être construite et celles qui existent devraient être fermées. Après Tchernobyl, les partisans de l’énergie nucléaire n’ont pas voulu reconnaître la réalité et l’accident a été rejeté en raison d’une technologie en difficulté. Après Fukushima, personne ne peut plus faire ça. Depuis, les opérateurs ont d’abord tenté d’hiberner afin de profiter de l’aggravation de la crise climatique aujourd’hui. D’abord l’allongement de la durée de vie puis la construction neuve, telle est leur stratégie.

À personne

Michel Muller est président fédéral des Amis de la Nature en Allemagne. Le pionnier de la politique environnementale du SPD a été membre du Bundestag et, de 2005 à 2009, secrétaire d’État parlementaire au ministère fédéral de l’Environnement. Il a suivi un apprentissage d’ouvrier en béton armé et a étudié l’ingénierie, l’administration des affaires et les sciences sociales. FR

Alors qu’y a-t-il derrière ?

Premièrement, les intérêts militaires. La France et la Grande-Bretagne, qui construisent également de nouvelles centrales nucléaires, sont des puissances nucléaires. Les questions énergétiques ne pouvaient être traitées qu’au sein du ministère français de l’Énergie en présence des militaires. D’autre part, le rationalisme technique associé à la première modernité européenne considère que le développement des possibilités techniques est puissance et progrès. Cette idéologie est toujours intacte dans de nombreux cercles. Mais derrière, il y a des intérêts de pouvoir, de la myopie et de la bêtise.

Mais la Finlande et des pays comme la Pologne à l’est de l’UE comptent également sur de nouvelles centrales nucléaires. L’argument militaire ne s’applique pas à eux.

En Pologne, la construction de centrales nucléaires est très controversée, même le ministre de l’environnement a démissionné à cause de cela. Mais le gouvernement national-conservateur, dont on peut attendre qu’il fasse n’importe quoi, prévoit deux à six réacteurs nucléaires sur la mer Baltique. Et en Finlande, le nouveau réacteur nucléaire d’Olkiluoto, qui devait être mis en service il y a de nombreuses années, devient de plus en plus cher. Avec des coûts de construction d’environ 9,5 milliards d’euros, c’est le deuxième bâtiment le plus cher au monde. Qu’est-ce qui aurait pu être fait dans le temps et avec l’argent pour un approvisionnement en énergie solaire ?

En Allemagne, six autres centrales nucléaires doivent être retirées du réseau d’ici la fin de 2022. Une certaine prolongation de la durée de vie n’a-t-elle pas de sens parce que l’expansion des énergies renouvelables sous les gouvernements Merkel était trop lente ?

La lenteur du développement est avant tout un échec politique. La nouvelle majorité des feux tricolores a maintenant la possibilité de faire mieux. Incidemment, cela s’applique également à l’élimination progressive du charbon. Dans le cas de l’énergie nucléaire, une prolongation de la durée de vie se heurterait à l’opposition de la majorité de notre population. Mais il est temps non seulement de faire avancer les énergies renouvelables, mais aussi de faire avancer la transition énergétique dans ses trois piliers : l’épargne, la révolution de l’efficacité et les énergies renouvelables. Et s’il vous plaît connectez-le avec plus de décentralisation, d’énergie communautaire et une infrastructure écologique.

Vous ne craignez pas les coupures de courant lorsque les centrales nucléaires sont déconnectées du réseau ?

Non. Mais il est nécessaire d’accélérer la conversion.

Plus précisément : qu’est-ce qu’un gouvernement de feux de circulation devrait décider ?

Le feu de circulation devrait mettre fin au plafond d’expansion de l’énergie éolienne et solaire dans l’EEG, lancer une révolution de l’efficacité avec un programme d’investissement complet dans lequel l’augmentation de la productivité de l’énergie et des ressources est nettement supérieure à la croissance économique, et combiner cela avec une suffisance socialement juste politique. Sans modération et sans autolimitation, nous ne pourrons pas protéger le climat.

Entretien : Joachim Wille

Cadice Lyon

"Fanatique des médias sociaux. Accro à la télévision. Évangéliste du Web. Fier érudit au bacon. Ninja du café. Organisateur professionnel."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.