Les handballeurs prêts pour une « petite finale de Coupe du monde » contre la Suède après rien

Parce que les matchs contre Porto Rico et l’Ouzbékistan, chacun bon pour un score record, n’avaient pas grand-chose à faire, l’Orange s’est pleinement entraîné autour de ces duels pour se préparer maintenant que les puissants adversaires commencent à se présenter. C’est complètement inutile, la sélectionneuse nationale Monique Tijsterman, qui fait ses débuts dans un tournoi majeur, ne veut pas évoquer les dépassements de délais de ces derniers jours.

« Ce que nous avons bien fait dans ces matches, c’est que nous avons continué à jouer le tempo. Et beaucoup de filles ont pu obtenir du temps de jeu. Donc tout le monde a pu entrer dans le rythme pour la Coupe du monde », a déclaré Tijsterman.

Y compris Estavana Polman, qui revient d’une grave blessure au genou. « Vous remarquez qu’elle refait les actions qu’elle doit faire. Elle ne les évite plus », a noté Tijsterman. « Bien sûr, elle ne peut pas jouer pendant soixante minutes. Mais ce n’est pas nécessaire, car je pense que nous sommes devenus très forts en largeur au cours de la dernière période. »

Pièces de puzzle

L’attaque a déjà su bien s’échauffer, la défense a à peine été mise à l’épreuve. « Bien sûr, nous avons pratiqué cela pendant le tournoi en Norvège pour la Coupe du monde. Là, nous nous sommes concentrés sur la couverture. Nous avons analysé les images de la Suède et savons comment fonctionne leur attaque. Lorsque toutes les pièces du puzzle sont réunies, nous avons à un résultat positif à la fin du match. »

Perrine Lane

"Passionné de voyages indépendant. Amateur de bacon sympathique. Résolveur de problèmes passionné. Férus du Web. Créateur professionnel."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.