l’ombre de 007 sur une longue chaîne de meurtres

Que des pays démocratiques – affiliés ou non à l’Alliance atlantique – se soient livrés à des assassinats ciblés, ou comme les Français les appellent opérations homo, est maintenant un fait acquis dans le contexte historique.

C’est d’autant plus vrai pour la Turquie, qui compte un très grand nombre d’ennemis parmi les Kurdes, les Arméniens et les partisans de Gülen disséminés dans le monde. Le modus operandi par lequel le renseignement turc a opéré – et opère – est Analogo al Mossad. Il existe de nombreux cas où le MIT (Millî İstihbarat Teşkilâtı), le service de renseignement turc, a été ouvertement accusé d’être impliqué dans des assassinats ciblés. Il est significatif que dans au moins trois cas connus, le MIT ait été contraint de faire des annonces officielles ou de réfuter les allégations.

Au début des années 1980, par exemple, le MIT a été accusé d’avoir tué plusieurs dissidents turcs et arméniens en Europe. Selon la presse turque, des agents gérés par le MIT ont assassiné Katip Saltan à Brême, en Allemagne, en août 1980. Un autre assassinat, celui de Celalettin Kesim en janvier 1980 à Berlin, a été commandité par le MIT.

Les premières attaques du MIT contre les Arméniens ont eu lieu en 1982. Le 5 décembre de la même année, Nubar Yalimian, rédacteur en chef du journal arménien Baikar, a été poignardé à mort chez lui à Utrecht, aux Pays-Bas. C’était la période où les attaques de l’Armée secrète de libération de l’Arménie (Asala) avaient intensifié leur activité terroriste et les Turcs ont répondu par une série d’attentats et d’attentats meurtriers qui se sont produits avec le recrutement de membres de la mafia nationaliste. Une attaque controversée à Athènes le 8 décembre 1982 a entraîné la mort de l’Arménien Karnik Vahradian et de graves blessures à Vahe Hutavertian. Le 24 décembre 1982, l’Arménien Minas Bedros Simonian est assassiné à Beyrouth, et la même année, K. Hanikian est tué en France. Le 12 mars 1983, Karabet Pasabedjian est assassiné à Beyrouth. La même année, un autre incident a été signalé confirmant la collaboration du MIT avec la mafia turque.

Selon des sources arméniennes, l’Arménien Mardiros Zamgojian, qui a été condamné en Suisse à quinze ans de prison pour le meurtre d’un diplomate turc, risquait d’être exécuté à la prison d’Orbi, où il purgeait sa peine. Un détenu de la prison turque près de Genève, qui avait tué deux personnes dans une affaire de drogue, avait demandé à être transféré à la prison d’Orbi. Selon les informations, sa mission était de tuer Mardiros, un meurtre qui a été évité.

En avril 1988, Agop Agopian, l’un des fondateurs et dirigeants d’Asala, est assassiné à Athènes. Agopian, 39 ans, a vécu en Grèce pendant environ six mois avec sa femme et ses deux enfants dans un appartement près de la ville du Pirée. Son nom de code était Abdullah Qassim. Il avait un faux passeport diplomatique yéménite et se présentait comme un riche homme d’affaires. Agopian a été tué par deux hommes armés cagoulés avant que les assaillants ne prennent la fuite dans une camionnette.

Le 15 septembre 2020, un homme de 53 ans s’est présenté devant l’Office d’État pour la protection de la Constitution à Vienne, où il a montré son passeport italien et a affirmé avoir été chargé par les services secrets turcs d’assassiner Berivan Aslan. , un politicien. Autrichien d’origine kurde en août 2020. Selon ses révélations – et celles recueillies plus tard par les renseignements autrichiens – le MIT a mis en place un vaste réseau de provocateurs qui s’étendait de Vienne à Bregenz. Selon les renseignements allemands, le MIT compte environ 6 000 agents en Allemagne, alors que leur nombre en Autriche est inconnu.

Le recours à la torture, mais surtout aux exécutions extrajudiciaires, des dissidents kurdes ainsi que des affiliés de Gülen sont des pratiques courantes par les agents opérationnels du MIT. Par ailleurs, les services secrets turcs font appel, par exemple en Autriche, à la collaboration d’organisations liées aux Frères musulmans et au Hamas. Pensons à la Iggö (Communauté confessionnelle islamique d’Autriche), qui entretient des liens étroits non seulement avec le monde arabo-musulman, mais aussi avec l’AKP.

Bref, les autorités autrichiennes et allemandes soupçonnent que le financement du terrorisme passe par des sous-organisations liées aux Frères musulmans en Europe, notamment en Autriche. Une grande partie de l’argent est envoyée du Qatar, puis acheminée par associations, fondations ou entreprises en Autriche.

Une dernière considération : en comparant les similitudes frappantes des différents services de sécurité – français, turcs, américains, russes, etc. – en matière d’élimination des ennemis internes, force est de constater que le modus operandi des services de sécurité n’a pas seulement transcendé – et franchit – en grande partie les frontières de la légalité, mais comment les assassinats ciblés sont souvent perpétrés en collaboration avec des groupes extrémistes, des terroristes et le crime organisé, confirmant que les liens entre l’État légal et l’État noir, ou État profond, sont plus étroits que vous ne le pensez.

— — — —

Nous avons besoin de votre contribution pour continuer à vous fournir des informations de qualité et indépendantes.

SOUTENEZ-NOUS. DONNER MAINTENANT EN CLIQUANT ICI

© REPRODUCTION RÉSERVÉE

Campion Roussel

"Explorateur. Érudit de Twitter. Organisateur dévoué. Junkie extrême d'Internet. Nerd de voyage incurable."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.