Martino Montanelli fête ses 100 ans, les meilleurs vœux de la ville à l’américaine

Tina Balossi et Martino Montanelli

La conseillère Tina Balossi est allée le voir le 1er janvier pour son anniversaire

« Il a une longue vie à raconter, de nombreux événements et expériences »

CALOLZIOCORTE – « Le 1er janvier 2022 j’ai eu l’honneur et la joie de rencontrer M. Martino Montanelli, Calolziese depuis 1977 et grand-père d’un petit-fils et de deux arrière-petits-enfants. Depuis que je suis conseiller municipal, c’est le premier « homme » calolzien à qui je souhaite 100 ans ».

Il est désormais d’usage que le commissaire aux services sociaux Tina Balossi saluez en personne, au nom de l’administration et de toute la communauté, les centenaires vivant dans la ville : « Martino est une personne élancée, aux manières bienveillantes et cordiales, comme je l’imaginais. Malgré son âge, il conserve encore une bonne dose d’autonomie et s’excite facilement. Je me présente et lui dis que j’aimerais connaître son histoire, il m’observe et me dit : ‘Il faut comprendre l’âme de la personne en face de soi avant d’écrire l’histoire de sa vie’. Il dit que sa tête est toujours en mouvement, pleine de mille choses à faire, à penser ».

Il y a tant de souvenirs et c’est ainsi qu’il commence à raconter… Martino est né aux États-Unis, car ses parents de Lecco s’y étaient installés pour rejoindre des parents qui ont émigré pour le travail et précisément à Fresno, dans l’État de Californie, une belle et grande ville dont il aime beaucoup se souvenir et qu’elle est restée dans son cœur. Puis, à l’âge de trois ans, il retourne avec sa famille à Lecco, précisément à Acquate. Ici, sa passion pour le théâtre a commencé en participant, en tant qu’acteur, à diverses manifestations théâtrales à l’oratoire.

« A 17 ans, son grand désir est exaucé et c’est de retourner vivre aux Etats-Unis : son père l’accompagne jusqu’au port de Gênes et seul il rentre à New York, exactement à Brooklyn, dans le ranch de son oncle Angelo. et là, il a construit sa vie – dit Balossi -. Pendant que nous conversons, des lieux et des souvenirs traversent son esprit, comme s’il les revivait. Il a une longue vie à raconter, de nombreux événements et expériences qui ont retracé son aventure personnelle jusqu’à ici… et il le fait avec la simplicité et la modestie typiques des sages. Il a fait des études de coiffeur, a été professeur de danse moderne et serveur, réussissant à exercer trois métiers différents en même temps ».

A New York, il a travaillé dans le Radio « qui » avec le nom de scène de Martino Monti, présentateur d’un de ses programmes qui s’intitulait : « La voix en italien pour les Italiens d’Amérique ». Précisément dans son programme, il a eu l’opportunité d’avoir des personnes très importantes et célèbres en tant qu’invités : Bonjour Mike avec qui il travaillait à la radio, Domenico Modugno, Vittorio De Sica, Johnny Dorelli et son père, le ténor Nino d’Aurelio, restés amis pendant des années.

« Un souvenir intense est réservé au boxeur italien Primo Carnera, un homme grand et robuste à tel point que lorsqu’ils se sont serré la main, la main de Martino a disparu dans celle du champion. Martino se souvient qu’à la fin de sa carrière Primo Carnera retournait avec sa famille en Italie et qu’ils s’étaient installés dans le dernier étage du navire. Le capitaine, connaissant sa présence, est descendu avec quelques membres d’équipage et l’a fait remonter avec sa famille en première classe ».

Sur 21 ans, dans la période de Deuxième Guerre mondiale, Martino a été enrôlé pendant environ trois ans dans l’US Army Support Infantry Corps. A cette période à New York, lors d’une représentation théâtrale, il rencontre Joséphine, une italo-américaine qui deviendra sa femme. Le jeune couple a été autorisé à s’installer dans un petit appartement du camp militaire où ils sont restés jusqu’à son départ. Deux enfants sont nés du mariage : Maria et Martin qui vit maintenant avec lui.

« Le 6 juin 1944, il faisait partie des soldats du débarquement de Normandie, sur la côte française d’Omaha Beach et il me montre une photo souvenir où l’on peut voir quelques bateaux de débarquement. De retour en Italie, il a toujours eu une grande passion pour le sport et pendant 45 ans il a fait partie du groupe de marcheurs de Lecco, gardant les nombreux trophées des courses disputées. Non seulement cela : il est aussi peintre et nombreuses sont ses toiles qui font belle figure dans le salon. Aujourd’hui encore, il reçoit avec bonheur et émotion des appels téléphoniques et des cartes de vœux de personnes qu’il a rencontrées dans le passé. En conclusion, je lui demande s’il a des conseils à donner aux jeunes d’aujourd’hui. Il ne veut pas en donner parce qu’il dit « ils marchent vite ». Nous nous retrouverons l’année prochaine pour continuer l’histoire de sa vie, vécue de manière intense avec tant de vicissitudes et de passions qui se découvrent petit à petit si vous restez et discutez avec lui. Merci M. Martino de partager vos précieux souvenirs avec nous ».

L’administration municipale, le maire et le conseiller aux services sociaux sont fiers d’avoir un personnage dans le quartier qui conserve une richesse de connaissances et d’expériences à transmettre.

Martin Montanelli « L’Américain » de Dario Bonaiti

La conseillère Tina Balossi a alors voulu conjuguer ses vœux avec ceux de Dario Bonaiti à partir de Radio RCI qui a eu l’honneur de le connaître et de l’apprécier et qui nous a envoyé son souvenir.

Une grande aide de Martino Monti… Merci « American ».
Ce nom ne dira pas grand-chose à nos collaborateurs et auditeurs, mais si je dis Martino Montanelli senior, probablement beaucoup d’entre vous se souviennent de lui. Martino Montanelli alias Martino Monti, est né à Fresno en Californie (États-Unis) le 1er janvier 1922. Un matin, il est arrivé à la radio alors qu’il habitait près du siège historique de la Via Della Cà.
Il nous a raconté ses aventures et que la naissance d’une nouvelle radio avait réveillé en lui des souvenirs américains, l’époque pionnière de la radio « made in USA » dont il était un fier représentant. Avec Rciradio dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, il a produit et diffusé divers programmes de divertissement musical, des programmes de poésie, des feuilletons et des publicités.
Doué de grandes compétences d’acteur et de lecture, il était aussi la voix de l’actualité. Pour l’écrivain, il représente un modèle et un exemple humain et professionnel, un professeur capable de me diriger et de m’enseigner de nombreux secrets de la production radiophonique. Une richesse d’expérience qu’il a voulu avec désintérêt mettre à disposition de notre radio.
Martino Monti a commencé sa carrière de trente ans dans le secteur de la radio, avant même la dernière grande guerre, déjà comme annonceur sur les radios italo-américaines à New York telles que Wov Radio Station (Fm et Am), WBNX Radio Station, puis comme animateur de « La roue de la chance » sur Radio WHOM New York (en Fm) juste après la guerre et l’un de ses collaborateurs était un certain Mike Bongiorno (il vous dit quelque chose ?).
Martino Monti a été acteur dans des feuilletons radiophoniques tels que « La souris de soie », diffusé par Rciradio, « La Vierge aux roses » et d’autres dans lesquels il a toujours joué le rôle d’acteur principal. En Italie, où il revient ensuite, il donne la parole à plusieurs publicités nationales… il se souvient notamment de l’huile Bertolli. Un pionnier de la radio qui a apporté sa contribution bénévole, également à travers la création de jingles et de pauses radio dans les années 80…
Il a également participé au débarquement de Normandie pendant la Seconde Guerre mondiale. Un jeune qui profite aujourd’hui de sa retraite à Calolziocorte mais a toujours les USA dans son cœur.
Merci beaucoup Martin… ».

Marceline Desjardins

"Drogué du Web. Évangéliste des médias sociaux. Communicateur professionnel. Explorateur amateur. Praticien en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.