McLaren affirme que cinq Grands Prix sont en retard sur la majorité « spectaculaire »



Ian Parkes et Remy Ramjiawan




Le PDG de McLaren, Zak Brown, estime que la Formule 1 peut actuellement prétendre à dix-huit Grands Prix « spectaculaires », mais que cinq n’ont pas répondu aux attentes.

Le Grand Prix de Miami a été principalement dominé par les animations autour de la piste. Tout le monde voulait être là et pendant le week-end une grande star a été remplacée par une autre. Ce sont des images que l’on voit normalement au Grand Prix de Monaco. Les décideurs politiques ont un problème au ventre. Il y a beaucoup de pays qui veulent être le cadre d’un Grand Prix, mais en même temps, le calendrier de la Formule 1 approche du maximum réalisable.

Grands Prix spectaculaires

Le PDG de McLaren a déclaré : « Il y a beaucoup de grands événements sur le calendrier de la Formule 1 en ce moment, Singapour, Miami et Silverstone. Je pense donc que nous avons de la chance d’avoir 23 Grands Prix fantastiques, probablement 18 spectaculaires, cinq où il en manque encore. » à travailler. » Bien que Brown n’ait pas nommé les cinq courses qui, selon lui, devraient s’améliorer, il n’est pas trop difficile de regarder le calendrier pour déterminer à quels événements il fait référence. Ce sera probablement Imola, la France, la Hongrie, la Belgique et le Brésil.

‘Joyau de la Couronne’ Monaco

Le contrat de la course de Monaco expire cette année et des critiques ont été formulées selon lesquelles l’organisation paie trop peu par rapport aux autres promoteurs. « Monaco est définitivement un joyau de la couronne. Il existe depuis très longtemps. Ils ont toujours eu un accord commercial très favorable. Je pense que la Formule 1 veut les aligner davantage, comprendre et respecter ce qu’ils apportent, mais aussi avec la réalité commerciale de la Formule 1 aujourd’hui », explique Brown.

Système de rotation

Maintenant que l’intérêt pour le sport a augmenté dans le monde entier et que le calendrier est rempli à ras bord, de plus en plus de rumeurs circulent sur un système de rotation. Un tel système soutiendrait également Brown. « Vous organisez donc vingt à vingt-trois courses par an, mais vous avez peut-être vingt-huit marchés potentiels et vous pouvez donc organiser un noyau dur d’environ seize ou dix-sept courses et dix qui tournent tous les deux ans », donne-t-il en guise de Exemple. Il précise que cela permet à la Formule 1 de visiter de nouveaux lieux, mais que le calendrier reste humain.

Perrine Lane

"Passionné de voyages indépendant. Amateur de bacon sympathique. Résolveur de problèmes passionné. Férus du Web. Créateur professionnel."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.