Merck doit payer des dommages et intérêts en France

/laurencesoulez, stock.adobe.com

Paris – La société pharmaceutique allemande Merck doit payer des dommages et intérêts en France en raison d’un changement de formulation de son médicament thyroïdien Levothyrox. La Cour de cassation de Paris, en tant que plus haute instance, a confirmé hier une décision de la cour d’appel de Lyon.

En conséquence, Merck doit verser à chacun des plus de 3 000 plaignants 1 000 euros de dommages et intérêts. Ils avaient accusé Merck de ne pas être suffisamment informé des effets secondaires de la composition modifiée du médicament Levothyrox (nom allemand : Levothyroxine).

La Cour de cassation est arrivée à la conclusion que le fabricant pharmaceutique de Darmstadt avait nommé les nouveaux ingrédients sur la notice comme requis.

Cependant, les petits caractères n’étaient pas suffisants pour informer les patients de la formulation modifiée. Sans ces informations, ils n’auraient pas pu faire face aux effets secondaires et contacter un médecin. A ce titre, ils auraient subi un préjudice moral.

La société pharmaceutique avait nié les allégations. Les médecins et les pharmaciens ainsi que Merck lui-même avaient clarifié, a indiqué le groupe. Selon Merck, la grande majorité des personnes concernées ont bien survécu à la transition vers le nouveau mélange.

Merck a eu la nouvelle composition à la demande de l’agence française de sécurité du médicament ANSM développé. Cette nouvelle formule est disponible en pharmacie depuis fin mars 2017.

Certains patients se sont plaints d’effets secondaires indésirables tels que fatigue, perte de cheveux ou prise de poids. Environ trois millions de personnes en France sont dépendantes de la drogue. © dpa/aerzteblatt.de

Albain Forestier

"Nerd passionné d'alcool. Entrepreneur d'une humilité exaspérante. Spécialiste des médias sociaux. Organisateur primé. Amoureux général de Twitter. Spécialiste de la bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.