Nouvelles obligataires : Euromacro | Tendance en ligne

Peu de chiffres macroéconomiques publiés aujourd’hui.

Le département allemand de l’économie et de la technologie a annoncé que les commandes industrielles avaient baissé de 6,9% en octobre par rapport au mois précédent, nettement en deçà des attentes des analystes fixées à une baisse de 0,5%. En septembre, les commandes avaient progressé de 1,8 % par rapport au mois précédent (révisé de +1,3 %). Sur une base annuelle, les commandes reçues ont diminué de 1% par rapport à la même période en 2020.

En Italie en octobre 2021 une croissance économique modérée est estimée pour les ventes au détail (+ 0,1% en valeur et + 0,2% en volume). Le signe positif est déterminé par les ventes de biens non alimentaires (+ 0,3 % en valeur et + 0,4 % en volume) tandis que celles de biens alimentaires sont en baisse (-0,1 % en valeur et -0,2 % en volume). Au cours du trimestre août-octobre 2021, en termes trimestriels, les ventes au détail ont augmenté de 1,4% en valeur et 1,0% en volume. Les ventes de biens non alimentaires (+ 1,9 % en valeur et + 1,7 % en volume) et celles de biens alimentaires (+ 1,0 % en valeur et + 0,3 % en volume) sont en croissance. En tendance, en octobre 2021, les ventes au détail ont augmenté de 3,7% en valeur et de 2,8% en volume. Les ventes de biens non alimentaires sont en croissance (+ 6,4 % en valeur et + 5,7 % en volume) tandis que celles de biens alimentaires augmentent légèrement en valeur (+ 0,2 %) et diminuent en volume (-0, 9 %). Parmi les biens non alimentaires, on note une croissance tendancielle pour la quasi-totalité des groupes de produits, à l’exception des Equipements pour l’informatique, la communication, la téléphonie (-3,6%), les biens ménagers durables et non durables (-1,1%) et la Papeterie, livres, journaux et magazines (-1,0%). Les plus fortes augmentations concernent les chaussures, cuirs et articles de voyage (+ 14,8 %), les vêtements et fourrures (+ 14,2 %) et les appareils électroménagers, radios, téléviseurs et magnétophones (+ 12,7 %). Par rapport à octobre 2020, la valeur des ventes au détail croît pour la grande distribution (+ 2,7 %), pour les entreprises opérant sur de petites surfaces (+ 5,8 %) et pour les ventes hors commerces (+ 2,2 %) alors qu’il y avait une baisse pour les commerce électronique (-3,7%).

L’indice général Sentix a baissé en décembre, s’installant sur un indice de +13,5 points contre +18,3 points enregistré en novembre et contre un indice de 15,9 points attendu par les analystes. L’enquête devrait être à la valeur la plus basse depuis avril 2021.

Enchères en Europe :
– En France, l’Agence du Trésor AFT a placé 4,987 milliards d’euros d’obligations à court terme (BTF). Dans le détail, 2,198 milliards d’euros de BTF à 3 mois ont été attribués avec un rendement négatif de -0,893%, contre -0,949% lors de la précédente adjudication, et une offre de couverture égale à 2,78. 1,197 milliard d’euros ont ensuite été attribués en BTF 6 mois avec un rendement de -0,824% contre -0,863% de l’adjudication précédente et une offre à couvrir égale à 3,59. Par ailleurs, 400 millions d’euros de BTF 47 semaines ont été cédés à -0,840% avec une offre à couvrir de 6,25. Enfin, 1,192 milliard d’euros de BTF 12 mois ont été attribués à -0,792% contre -0,771% avec une offre à couvrir égale à 3,21.

Les dépôts à vue auprès de la BCE augmentent. La dernière enquête quotidienne indique que les dépôts à court terme des banques européennes auprès de la Banque centrale européenne se sont élevés à 793,617 milliards d’euros, contre 747,338 milliards d’euros lors de la lecture précédente. Arrêtez les prêts marginaux à zéro.

Le BTP/Bund s’est écarté à 127 points de base dans l’après-midi. Le rendement des obligations d’État italiennes à 10 ans s’est établi à 0,89%.

Faiblesse des obligations d’État allemandes. Le futur Bund de mars 2022 s’élève à 174,73 points et le futur Bobl s’élève à 134,34 points.

(CC – www.ftaonline.com)

Analyse des tendances financières (FTA Online) est une société spécialisée dans la fourniture de contenus financiers. La Direction des Etudes analyse les marchés dans leur ensemble, se fixant pour mission d’accompagner à la fois la catégorie des investisseurs institutionnels et privés et d’appréhender au plus vite les évolutions des marchés financiers afin de proposer des services de pointe.

Cadice Lyon

"Fanatique des médias sociaux. Accro à la télévision. Évangéliste du Web. Fier érudit au bacon. Ninja du café. Organisateur professionnel."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.