Nucléaire et gaz durables ? : les Verts perdent encore

L’UE veut classer l’énergie nucléaire et le gaz naturel comme respectueux du climat. Les feux de circulation doivent être fermés pour le vote à venir – mais les partenaires de la coalition ne sont pas d’accord. S’il y a un compromis, une partie sera à nouveau perdante.

Il n’est en poste que depuis quelques semaines et le chancelier Olaf Scholz a déjà été accusé de tricherie. Parce que l’UE veut classer l’énergie nucléaire et gazière comme durable. Cela ne correspond pas aux promesses climatiques de la campagne électorale, disent les militants du climat. Utilisant le hashtag #OlafSchummelt, ils appellent désormais Scholz et le gouvernement fédéral à s’opposer au projet de Bruxelles. Le feu doit réagir à la proposition de l’UE, mais il n’y a apparemment pas d’accord. Le greenwashing du gaz et du nucléaire deviendra-t-il le premier différend tangible sur les feux de circulation ?

L’arrière-plan est le projet d’acte juridique que la Commission européenne a envoyé aux États membres peu avant la fin de l’année précédente, à 21h53 la veille du nouvel an. Avec une expansion de la soi-disant taxonomie, non seulement les investissements dans les énergies renouvelables, mais aussi, sous certaines conditions, les investissements dans de nouvelles centrales à gaz et nucléaires doivent être considérés comme respectueux du climat.

L’élargissement de la taxonomie – la classification des formes d’investissement comme durables – est un signal politique aux investisseurs privés pour investir leur argent dans l’énergie nucléaire et gazière. Plus précisément, il s’agit de formes d’énergie qui devraient être considérées comme respectueuses du climat selon la définition de l’UE, mais dont la durabilité réelle est pour le moins discutable. La combustion du gaz naturel libère moins de CO2 que le charbon, mais l’énergie du gaz n’est pas non plus exempte d’émissions. Dans le cas de l’énergie nucléaire, il n’y a pas seulement le risque d’accidents de réacteurs, mais la question d’un stockage définitif des déchets nucléaires, que ni l’Allemagne, ni la France ni aucun autre pays n’ont encore trouvé.

Habeck appelle cela du « greenwashing »

D’ici le 12 janvier, les États membres doivent officiellement commenter la classification du gaz et de l’énergie nucléaire comme « verte ». Le porte-parole du gouvernement Steffen Hebestreit a déjà annoncé que les partis au pouvoir étaient d’accord. Cependant, cela ne devrait s’appliquer qu’à une partie du projet de l’UE. Pour les partis des feux tricolores, du moins en ce qui concerne l’énergie nucléaire, les choses sont claires : « La République fédérale d’Allemagne rejette l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire », a déclaré Hebestreit. Les dangers qui vont avec sont trop grands.

Quelle est la taxonomie climatique de l’UE ?

La taxonomie est une sorte d’ensemble de règles qui définit quels projets et entreprises dans l’UE sont considérés comme « verts » ou « durables » et peuvent être financés. Selon la Commission européenne, elle souhaite aller de l’avant avec la conversion à un système financier climatiquement neutre et à une économie durable. Les obligations de divulgation pour les entreprises et les acteurs des marchés financiers devraient également permettre aux investisseurs, entre autres, de déterminer quels projets et investissements sont « verts ».

La situation est complètement différente lorsqu’il s’agit de produire de l’énergie à partir du gaz naturel. C’est ainsi que Robert Habeck a appelé la classification de l’énergie atomique « greenwashing ». Le ministre de l’Économie et de la Protection du climat, qui soulignait récemment dans « Die Zeit » qu’il souhaitait réaliser la transition énergétique principalement avec la construction d’éoliennes, a ajouté : « Il est également discutable d’inclure le gaz fossile dans la taxonomie. » La ministre de l’Environnement et politicienne du Parti vert Steffi Lemke dans le « Rheinische Post » a accepté. Selon Habeck, les propositions de la Commission européenne affaibliraient le bon label pour la durabilité.

La façade du gouvernement fédéral fermé commence à se fissurer, car alors que Habeck a annoncé qu’il « ne verrait pas » l’approbation des nouvelles propositions de la Commission européenne, le vice-FDP Lukas Köhler a clairement indiqué dans le « Welt » que la proposition de l’UE serait être bloqué « pas une option ». Le président du parti Christian Lindner est également « reconnaissant envers la commission d’avoir repris les arguments allemands », comme il l’a déclaré au « Süddeutsche Zeitung ». Lindner a souligné que l’Allemagne a besoin de nouvelles centrales électriques au gaz « parce que nous nous passons du charbon et de l’énergie nucléaire ».

Schummelt Scholz ?

En fait, l’Allemagne a besoin d’énergie gazière – au moins pour les prochaines années. Avec la sortie du nucléaire, la grande coalition avait déjà insisté sur l’énergie gazeuse comme technologie de transition. Afin de pouvoir sortir de la combustion du charbon d’ici 2038 au plus tard, le feu de circulation s’appuie également sur le gaz naturel comme technologie de transition. Dans l’accord de coalition, le SPD, les Verts et le FDP ont donc convenu non seulement d’étendre l’utilisation des énergies renouvelables, mais aussi d' »accélérer la construction de centrales électriques modernes au gaz ». C’est « indispensable pour une période de transition », précise-t-il dans le contrat.

En réaction officielle à la décision de l’UE, le gouvernement se félicite que « Bruxelles veuille classer le gaz naturel comme technologie de transition dans la lutte contre le changement climatique ». Les critiques sont vives, notamment de la part des écologistes. « Surtout pour un gouvernement qui s’est engagé dans la protection du climat, il est absurde de commercialiser l’énergie gazeuse comme durable et donc de définir les mauvaises incitations à l’investissement », a déclaré Carla Reemtsma de Fridays for Future dans une interview avec ntv.de. « L’énergie gazeuse n’est pas verte – même pas en tant que technologie de transition. »

Le chancelier Scholz les accuse de « tricherie » car il s’est « présenté à plusieurs reprises comme chancelier du climat » pendant la campagne électorale. Cela ne va pas de pair avec le soutien de l’Allemagne au projet de l’UE, a-t-elle souligné. Fridays for Future attend du gouvernement qu’il « prenne clairement position contre la classification de l’énergie nucléaire et gazière comme technologie verte ».

Les Verts ont besoin d’explications

En ce qui concerne le rôle de la chancelière, l’aide allemande à l’environnement est particulièrement claire. L’association accuse Scholz d’avoir conclu un accord avec le président français Emmanuel Macron qui « met en danger la réputation du gouvernement fédéral en matière de politique climatique ». Scholz aurait milité pour l’inclusion du gaz fossile dans la taxonomie et, en retour, soutenu la volonté française d’inclure le nucléaire.

Scholz lui-même n’a pas encore commenté la publication de l’initiative de l’UE. Il est cependant peu probable qu’il prenne activement des mesures contre elle. Lors de sa visite inaugurale à Paris, par exemple, il a souligné que les États-nations « doivent en fin de compte décider eux-mêmes de la manière dont ils veulent entrer dans un avenir sans émissions ». Pendant la campagne électorale également, Scholz avait déclaré à plusieurs reprises que les centrales électriques au gaz pourraient combler les lacunes de la transition énergétique.

Le chancelier Scholz est à l’honneur du débat en Allemagne, mais les Verts, en tant que parti des feux de circulation pour le climat, risquent de les mettre le plus en détresse. Le chef du parti Habeck s’est donc montré particulièrement clair contre l’initiative de Bruxelles. De même, la députée verte du Bundestag et militante pour le climat Kathrin Henneberger écrit sur Twitter : « Si ‘nous’ voulons être un gouvernement qui prend au sérieux des mesures contre la crise climatique, tout doit maintenant être fait contre les changements favorables au gaz dans la taxonomie de l’UE ». Avec l’ajout de #OlafSchummelt, elle s’adresse également directement à la chancelière.

Classement prévu de longue date

Pour les Verts, la contestation touche à un point central. Le plus délicat, c’est qu’ils savent apparemment depuis un certain temps ce que prévoit la Commission européenne. Car le porte-parole du gouvernement Hebestreit a clairement indiqué que le débat sur la classification de l’énergie nucléaire et gazière n’est en aucun cas dans la salle depuis la Saint-Sylvestre. Scholz, Lindner et Habeck avaient déjà échangé à ce sujet en marge des réunions. Il a été convenu que peu de choses pouvaient être changées dans l’élargissement de la taxonomie de l’UE car la majorité nécessaire des deux tiers contre le projet était très improbable.

Le fait que les Verts se prononcent maintenant si haut contre la pression de l’UE pour classer le gaz comme une technologie durable est probablement dû au fait qu’ils mettent la décision gouvernementale à venir sous une pression supplémentaire. Même après la publication de l’accord de coalition, Fridays for Future les a accusés de négliger les objectifs climatiques de l’accord de coalition. Des mesures telles que la limitation de vitesse, une nouvelle augmentation du prix du CO2 ou l’interdiction des vols intérieurs allemands n’ont pas été incluses dans le contrat – le changement climatique se concentre presque exclusivement sur la transition énergétique. Et donc dans le ministère de Robert Habeck.

Les cercles gouvernementaux ont récemment déclaré que l’Allemagne voulait s’abstenir de voter. Le fait que Habeck n’ait pas pu empêcher que le nucléaire et le gaz soient classés comme durables par l’UE est une nette défaite pour les Verts à la table de puissance du nouveau gouvernement fédéral.

Cadice Lyon

"Fanatique des médias sociaux. Accro à la télévision. Évangéliste du Web. Fier érudit au bacon. Ninja du café. Organisateur professionnel."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.