Olaf Scholz à Paris : Quelle est la position de la France au feu rouge ?

Tout d’abord, il y a le rythme énorme de la formation du gouvernement. Les coalitions de différents partis ne sont tout simplement pas envisagées dans le système français et donc difficiles à comprendre, mais qu’un gouvernement puisse être formé en seulement huit semaines, c’est vraiment rapide – et c’est aussi complètement muet – cela a été remarqué en France. Le soulagement et le respect sont l’impression qui prévaut, pas seulement dans la classe politique.

Incidemment, cela s’applique également à la manière dont le bureau est remis. Civilisé et démocrate, et sans donner l’impression que les dossiers sont déchiquetés à la va-vite dans des backrooms pour garder des secrets plus ou moins sombres. Proprement allemand – pense-t-on en France – mais nullement une évidence dans ce monde.

Zemmour, Le Pen et Mélenchon attisent les ressentiments anti-allemands

La grande majorité, en revanche, tient pour acquis que la première route empruntée par le nouveau chancelier et ministre des Affaires étrangères était Paris. Où aller ailleurs, pensent les gens dans ce pays. D’un côté. D’autre part, la relation particulière entre les deux États doit être confirmée en permanence. En France, l’Europe, c’est d’abord une coordination étroite et une bonne coopération avec l’Allemagne.

Olaf Scholz ferait bien de renforcer au maximum cette attitude. Les nationalistes de droite de Marine Le Pen à Eric Zemmour, étroitement associés à la pseudo-gauche autour de Jean-Luc Mélenchon, attisent les ressentiments anti-européens et anti-allemands. Zemmour explique à ses partisans et à la nation à travers le pays que l’OTAN ne sert qu’un seul objectif, assurer la suprématie américaine dans le monde, tandis que l’UE garantit exclusivement la supériorité économique de l’Allemagne sur l’Europe.

Pour Macron, Scholz est la bonne personne au bon moment

Et avec une partie de la population, de telles polémiques se mêlent au processus, tout comme, d’un autre côté, le mythe en Allemagne ne peut être éradiqué selon lequel la majorité des Européens ne veulent que de l’argent allemand.

Et avec cela au vrai contenu : Il est bon et approprié que le chapitre sur la politique européenne soit de loin le plus étendu dans la coalition procède du feu tricolore. Cela correspond au sens objectif et cela correspond à la vision stratégique du président Macron, dont la politique repose sur la ferme reconnaissance qu’aucun pays européen, pris à lui seul, n’aurait, même de loin, la force de jouer un rôle décisif dans le concert des puissances mondiales.

Mais c’est exactement ce que Macron veut à nouveau réaliser : il veut renforcer le rôle de l’UE dans la politique mondiale et se présenter comme un leader et un innovateur déterminé. Et cela nécessite l’Allemagne et la meilleure coopération possible entre les deux gouvernements à l’est et à l’ouest du Rhin. Olaf Scholz est donc la bonne personne au bon moment aux yeux de l’Elysée et du grand public.

Scholz devrait se rapprocher de la France

Personne n’a oublié combien de temps après son entrée en fonction, Macron a dû attendre la réponse de Merkel à son discours d’ouverture sur l’Europe à la Sorbonne. Pour être précis, cette réponse n’a pas encore été reçue, Macron attend toujours – pour rester dans le tableau – la main tendue. En fait, il n’attend plus, mais essaie plutôt d’aller de l’avant lui-même.

Et précisément parce qu’il existe actuellement des différences fondamentales dans l’appréciation de la technologie nucléaire ainsi que dans la politique financière européenne, des échanges étroits et amicaux sont d’autant plus importants.

Scholz ferait également bien d’approcher la France car le climat politique évolue considérablement vers la droite et Macron, lui aussi, est clairement plus ouvert aux tons nationalistes en vue de sa réélection l’année prochaine. Les mots clés sont la sécurité des frontières européennes, la politique migratoire ou les conflits avec la Grande-Bretagne à la suite du Brexit. Et parce qu’il n’y a actuellement pas de pénurie de moteurs latéraux nationalistes en Europe, il est dans l’intérêt allemand de souligner et de promouvoir les similitudes.

Personne ne devrait craindre qu’un chancelier allemand doive se soumettre aux prétentions à l’hégémonie française – comme aiment à le dire les milieux conservateurs. D’un côté, il y a la force de l’économie allemande et de l’autre, personne n’a à expliquer à Olaf Scholz comment fonctionne l’entreprise.

Campion Roussel

"Explorateur. Érudit de Twitter. Organisateur dévoué. Junkie extrême d'Internet. Nerd de voyage incurable."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.