Première femme noire au Panthéon : la France s’incline devant Joséphine Baker

Première femme noire au Panthéon
La France s’incline devant Joséphine Baker

Outre Voltaire et Zola, la danseuse Joséphine Baker repose désormais dans le temple de la renommée de la nation française. Le président Macron prononce un discours en l’honneur du résistant et militant des droits civiques. Il met particulièrement l’accent sur deux qualités : Baker était de bonne humeur. Et elle aimait la France.

Jusqu’à 2000 invités ont assisté à la cérémonie d’entrée du cercueil de la danseuse, chanteuse et résistante américano-française Joséphine Baker (1906-1975) au Panthéon de Paris. La cérémonie d’une heure et demie a été présidée par le président français Emmanuel Macron, qui a célébré Baker comme un combattant courageux et toujours joyeux. En citoyenne libre, elle s’est battue avec dignité et détermination. Sa principale préoccupation était l’égalité pour tous, a déclaré le chef de l’Etat dans son discours.

Baker est la première femme noire à reposer dans le temple de la gloire de la nation française. Macron a déclaré qu’elle emménageait au Panthéon parce qu’elle aimait la France et, en tant qu’Américaine, était plus française que française. Elle est devenue l’incarnation de l’esprit français. Au Panthéon, prévu à l’origine comme église, se trouvent d’importants représentants du pays tels que Victor Hugo, Émile Zola et Voltaire. Ils comprennent 75 hommes et seulement cinq autres femmes.

Ikone des « Jazz Hot »

Ce n’est pas la dépouille mortelle de Baker qui a été transférée au Panthéon, mais un cercueil avec de la terre – de sa ville natale Saint-Louis (USA), de Paris, des jardins du palais des Milandes en Dordogne, où Baker a vécu pendant 20 ans, et de Monaco où elle a été enterrée. Ses enfants voulaient que leur véritable tombe reste dans le petit état de la Côte d’Azur, où elle repose au cimetière naval avec son cinquième et dernier mari et son fils Moïse. Baker avait adopté douze enfants d’origines et de religions différentes comme symboles de tolérance.

La danseuse et chanteuse est devenue connue comme la personnification de « Jazz Hot » et pour sa façon sauvage de danser. Elle est considérée comme l’une des stars du spectacle les plus importantes du 20e siècle. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a d’abord travaillé pour la Croix-Rouge. Puis elle a joué un rôle important dans la résistance contre les occupants, la Résistance. Pour cela, elle a reçu, entre autres, l’ordre de la Légion d’honneur française. Elle s’est ensuite battue contre le racisme aux côtés de Martin Luther King. La cérémonie a également interprété l’une de leurs chansons les plus réussies, « J’ai deux amours ». Il s’agit des deux amours de Baker : son pays et Paris.

Marceline Desjardins

"Drogué du Web. Évangéliste des médias sociaux. Communicateur professionnel. Explorateur amateur. Praticien en alimentation."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.