Procès contre l’OTAN et le ministère serbe de la Défense

Pour la première fois dans l’histoire, une tentative est faite pour porter plainte contre l’OTAN. La réclamation est une indemnisation pour les victimes des bombardements de l’OTAN pendant la guerre du Kosovo.

20 janvier 2021 : Une équipe internationale d’avocats, dirigée par le cabinet d’avocats de Sdran Aleksić dans la ville serbe de Niš, se mobilise en faveur des victimes de l’attentat de 1999 et de leurs familles, la première action en dommages et intérêts contre l’OTAN – à la Cour suprême de Belgrade – et contre le ministère serbe de la Défense.

Le fichier compte plus de 3000 pages. Il contient des documents d’une commission spéciale du gouvernement italien, des décisions de justice et des rapports d’experts prouvant que les maladies et les décès de personnes qui se trouvaient sur le site et à proximité des attentats à la bombe en 1999 sont liés de manière causale à l’utilisation d’armes à l’uranium appauvri. (VU).

Des procès similaires de soldats italiens malades devant les tribunaux italiens ont été couronnés de succès. Les soldats étaient représentés par l’avocat italien Angelo Fiore Tartaglia, membre du barreau de Niš depuis l’année dernière. Il a pu établir un lien de causalité entre l’uranium appauvri et les problèmes de santé de 200 soldats malades qui étaient stationnés au Kosovo en 1999 en tant que membres d’une mission de maintien de la paix.

Un point de référence important pour le nouveau procès est la décision d’un tribunal de Belgrade en 2001, qui a établi la responsabilité pénale des commandants de l’OTAN et des principaux représentants des États membres de l’OTAN. Bien que le verdict ait été annulé, les accusés n’ont pas été acquittés. L’affaire n’est toujours pas close.

L’équipe de Sdran Aleksić souhaite s’appuyer sur ce processus dans la nouvelle procédure judiciaire. « L’immunité politique ne fait pas obstacle car il s’agit d’un crime de guerre », déclare Aleksić. L’OTAN est vue par son équipe comme une organisation internationale avec sa propre personnalité juridique et son propre budget, à partir de laquelle des compensations doivent être versées aux victimes.

Il est peu probable que l’OTAN soit disposée à verser une compensation. Mais l’avocat de Niš n’est pas seulement intéressé à dédommager ses clients – le procès doit également être considéré comme une tentative de médiation, qui était liée à l’Accord de paix de 2006 conclu avec la République de Serbie.

Il est peu probable que l’OTAN soit disposée à verser une compensation.

Initialement, il était envisagé d’engager la procédure devant les tribunaux des États membres de l’OTAN. Cependant, les chances de succès semblaient peu probables, selon l’avocat Aleksić, car ces tribunaux se déclareraient incompétents. Selon Sdran Aleksić, les chances de succès sont plus élevées devant un tribunal de la capitale serbe : « Nous sommes sûrs que nous gagnerons ce procès. Les citoyens de la République de Serbie atteints d’un cancer sont dans la même situation juridique que les soldats de l’armée italienne qui ont contracté un cancer après leur séjour au Kosovo-Metohija en raison des effets néfastes de l’utilisation des munitions VU… Les tribunaux italiens ont reconnu un lien de causalité entre les maladies et la participation à la Mission de paix dans les Balkans.

L’équipe d’Aleksić compte sur l’attention des médias. En Serbie, l’affaire est couverte par de nombreux journaux – dont l’un des plus grands journaux d’opposition « Danas » et « Juzne Vesti » de Niš. Le journal de langue allemande de l’ex-communauté yougoslave en Autriche ‘Kosmo’ a publié une interview d’Aleksić sur le procès.

L’attention des médias est également un moyen pour Aleksić d’attirer des experts du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) en Serbie. Aleksić, sur les conseils du Coalition internationale pour l’interdiction des armes à l’uranium (ICBUW) a déposé une plainte auprès de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies. À ce jour, il n’y a eu aucune réponse à la demande d’ouverture d’une enquête indépendante.

S’il est positif, le procès de Belgrade constituera une étape importante dans la jurisprudence serbe et autour du problème de l’uranium appauvri – non seulement pour les victimes VU en Serbie, mais pour les victimes dans le monde entier.

Le bureau de presse de l’OTAN à Bruxelles a été informé du procès serbe, mais jusqu’à présent, il n’y a eu aucune réponse, autre que la déclaration du secrétaire général : « La science est de notre côté.

Le gouvernement serbe ne fait rien. La Serbie doit normalement informer l’OTAN du procès par la voie diplomatique. La date limite est depuis passée et l’OTAN n’a pas encore officiellement reçu l’accusation de la Serbie. Le ministère serbe de la Défense a reçu les charges mais a rejeté toutes les allégations. Selon le ministère, la plainte est prescrite et il y a un manque de preuves pertinentes sur le lien entre l’uranium appauvri et les civils malades.

Mais la recherche scientifique dit le contraire : les nanoparticules d’oxyde d’uranium libérées par l’explosion de munitions à l’uranium appauvri sont nocives pour l’environnement et pour tous les êtres vivants. Cependant, il a commenté le ministère de la Défense : « En 1999, de nombreux traités internationaux et droits de l’homme ont été violés en Serbie. La guerre a causé de grands dommages environnementaux. Mais toute responsabilité à cet égard est niée.

Armes avec de l’uranium appauvri

L’uranium appauvri (UV) est un métal lourd radioactif et chimiquement toxique dont la densité est 1,7 fois celle du plomb. L’UV est un sous-produit -déchet- de l’enrichissement de l’uranium pour le combustible nucléaire dans les centrales nucléaires. Les armes à uranium appauvri (UV) ne sont pas classées comme armes nucléaires, mais comme armes conventionnelles.

Comme l’uranium naturel, le VU est un métal lourd radioactif instable qui émet des rayonnements ionisants alpha, bêta et gamma. La radioactivité dans un échantillon donné diminue continuellement, mais la demi-vie (la période nécessaire pour réduire de 50 % la quantité de rayonnement de l’uranium) est très longue – 4,5 milliards d’années dans le cas de l’isotope uranium- 238 (U-238). En pratique, le niveau de radioactivité (mesuré en unités par seconde, également appelées « becquerels » -Bq-) ne change pas significativement au cours d’une vie.

En raison de sa densité élevée et de son inflammabilité, l’uranium appauvri est utilisé dans les grenades de char perforantes et les projectiles. Dans la guerre du Kosovo, cependant, ces armes n’étaient pas seulement utilisées pour détruire des chars, mais aussi contre des cibles civiles.

Les États-Unis, le Royaume-Uni, la Russie, la Chine, la France et le Pakistan produisent des armes à uranium. 14 autres États sont connus pour stocker des armes à uranium. À notre connaissance, ces armes n’ont jusqu’à présent été utilisées que par deux États : les États-Unis et la Grande-Bretagne. De grandes quantités de VU ont été tirées en Irak et dans les Balkans (en 1994-1995 en Bosnie-Herzégovine et en 1999 en Serbie, au Kosovo et au Monténégro).

Les États-Unis, le Royaume-Uni, la Russie, la Chine, la France et le Pakistan produisent des armes à uranium.

Lorsque les projectiles VU frappent une surface blindée, ils sont brûlés par les températures élevées générées par l’impact. Cela crée une poussière très fine qui est radioactive et chimiquement toxique. Cette substance toxique est absorbée par l’organisme par la nourriture et la respiration.

Dans l’organisme, les radiations et le poison chimique provoquent des dommages et des maladies graves : dommages au matériel héréditaire (anomalies chromosomiques), malformations chez les nouveau-nés, fertilité réduite chez les hommes et les femmes, cancer dans presque tous les organes, insuffisance rénale et troubles du comportement. Dans les régions infectées par l’UV, il y a remarquablement plus de cas de cancer et de malformations congénitales qu’ailleurs.

Certains échantillons de projectiles d’uranium appauvri collectés sur le territoire serbe contiennent de faibles quantités de plutonium, ainsi que des isotopes d’uranium (U-236) non présents dans l’uranium naturel. La présence de ces isotopes montre que non seulement de l’uranium appauvri était utilisé dans la production d’armes, mais peut-être aussi un mélange avec du combustible de réacteur retraité. Le département américain de l’Énergie a déclaré que le mélange avec du combustible de réacteur recyclé s’était très probablement produit dans son usine d’enrichissement d’uranium à Paducah.

Les balles VU qui manquent leur cible et se retrouvent dans le sol se corrodent très lentement, libérant leur toxicité dans les eaux souterraines et le sol. L’utilisation de l’UV constitue une menace à long terme pour la santé et entrave la reconstruction dans les zones dévastées. Une région touchée est difficile à remédier.

L’utilisation de munitions VU et ses conséquences sont en violation du droit international humanitaire, des droits de l’homme et de la protection de l’environnement. Cependant, ces armes ne sont interdites par la loi que dans quelques pays : la Belgique et le Costa Rica.

Plusieurs résolutions de l’ONU ont été adoptées contre l’utilisation d’armes VU. Le Parlement européen a voté la résolution la plus ambitieuse en 2008. Les efforts de l’ICBUW visent à interdire ces armes et à remédier à leurs conséquences.

Dégâts environnementaux et pollution par la guerre

Lors du bombardement de la Serbie par l’OTAN en 1999, 78 installations industrielles (usines pétrochimiques et raffineries) et 45 centrales électriques ont été détruites ou endommagées. En conséquence, des milliers de tonnes de produits chimiques cancérigènes, mutagènes et toxiques ont été libérés, dont au moins une douzaine de produits chimiques toxiques répertoriés comme substances dangereuses en vertu de la Convention de Stockholm. En outre, environ 150 000 tonnes de pétrole et de dérivés du pétrole et environ 367 000 tonnes de kérosène ont été brûlées, plus de 20 000 cibles civiles ont été détruites et au moins 5 723 kg de munitions à l’uranium appauvri ont été tirées.

Les terres et les rivières du Kosovo, qui se jettent dans trois bassins maritimes – le bassin noir, l’Egée et l’Adriatique – ont été contaminées par des substances toxiques et radioactives. Cette pollution est en partie à l’origine de la pollution planétaire ou Ecocide. Rien qu’en Serbie, on estime qu’entre 3 500 et 4 000 personnes ont été tuées et plus de 10 000 personnes blessées – dont les deux tiers sont des civils – lors des bombardements. Le nombre exact de morts et de blessés n’a jamais été officiellement déterminé. Les dégâts ont été estimés à 100 000 milliards de dollars.

La Serbie est l’un des pays les plus pauvres de la région et compte parmi les taux de cancer les plus élevés d’Europe. Selon les statistiques de la Organisation mondiale de la santé à partir de 2018, environ 33 000 personnes dans la région contractent un cancer chaque année. Le sud de la Serbie et du Kosovo sont particulièrement touchés.

22 ans après les bombardements de l’OTAN, des gens souffrent et meurent toujours des effets d’un environnement pollué par des substances toxiques et de l’uranium appauvri. Les effets à long terme des usines chimiques et des raffineries détruites, ainsi que de l’uranium appauvri, affecteront des innocents pendant encore longtemps.

22 ans après les bombardements de l’OTAN, des gens souffrent et meurent toujours des effets d’un environnement d’uranium appauvri.

À la demande du secrétaire général des Nations Unies, l’OTAN a publié des données sur les zones contaminées en 2005. Cependant, la liste est incomplète et inexacte. Parce qu’il n’a été libéré que 6 ans après le bombardement, de nombreuses personnes ont été inutilement exposées à la contamination.

En 2000, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a visité 11 sites contaminés. Le rapport à l’occasion de cette visite ont parlé de l’eau potable polluée, des aliments contaminés et des dangers de l’inhalation de particules de poussière VU. Des recommandations pour la population locale découlent du rapport. Cependant, la réalité montre que la gestion des sites touchés et la sécurité des habitants ne sont pas possibles

Louie Roy

"Aspirant défenseur de la télévision. Pionnier de l'alimentation. Amateur de bacon hardcore. Résolveur de problèmes indépendant. Expert en bière. Spécialiste de la culture pop. Nerd Twitter. Webaholic."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.