Resegone Online – des nouvelles de Lecco et de sa province »La Libye à l’aube de 2022. Rien ne change… pas d’élections

Pour certains observateurs internationaux, en agissant ainsi, ou plutôt en décidant, la justice libyenne a miné sa crédibilité, ce qui est un événement à considérer comme très négatif pour l’avenir de l’ensemble de la Libye.

Général Giuseppe Morabito – Membre de la Direction de la Fondation du Collège de défense de l’OTAN. Le premier tour tant attendu et espéré de l’élection présidentielle en Libye, comme on le sait, n’a pas eu lieu à la date prévue, les 24 et 21 décembre.

La version officielle de la raison de ne pas se rendre aux urnes est que la liste définitive des candidats n’a pas été publiée par la Haute Commission électorale nationale (HNEC). La principale raison en était la preuve que la loi électorale n’a pas été respectée lorsque le NHEC a décidé d’accepter certaines nominations présidentielles.

Les faits litigieux se concentrent sur la preuve qu’il y a eu plusieurs décisions manifestement incorrectes et cela a permis à certains candidats « controversés » de pouvoir être inscrits sur les listes électorales, contrairement à ce qui aurait été prévu par la loi électorale. Résumé : les listes de candidats n’ont pas été publiées.

Pour certains observateurs internationaux, en agissant ainsi, ou plutôt en décidant, la justice libyenne a miné sa crédibilité, ce qui est un événement à considérer comme très négatif pour l’avenir de l’ensemble de la Libye.

Dans le « renversement des responsabilités », beaucoup voient le problème principal dans la loi électorale. Comme le précise un juge dans l’une des phrases, la loi fixe un délai impossible à respecter car elle fixe la date des élections au 24 décembre et oblige les candidats à quitter la fonction administrative ou politique actuellement exercée, à compter du 24 septembre. Mais la loi a été promulguée en octobre !

Comme nous l’avons déjà indiqué, un autre problème consistait à exclure uniquement les candidats qui avaient fait l’objet d’une décision de justice définitive contre eux pour un nombre restreint d’infractions. Cela signifiait que quelqu’un, incarcéré pour meurtre mais en attente de la session d’appel pour être à nouveau jugé, pouvait se présenter aux élections.

La loi semble donc avoir été conçue pour ne pas fonctionner. Par conséquent, la justice a ramené toutes les affaires là où elles étaient, refusant quelque peu d’assumer la responsabilité des problèmes que lui a confiés le NHEC.

Le NHEC n’aurait pas dû accepter la loi telle qu’elle a été promulguée. En pratique : confusion sur confusion et, en simple synthèse, le report n’était pas motivé par un fondement constitutionnel (pourtant faible) ou des contestations sur la loi électorale, mais de l’avis des experts sur le manque de volonté de la plupart des acteurs impliqués , pour mettre en œuvre les lois confuses elles-mêmes.

Bon nombre des membres actuels de la Chambre des représentants libyenne (HoR) n’auraient probablement pas été réélus, tant leurs performances et leurs réalisations, aux yeux des électeurs, n’ont pas vraiment été convaincantes toutes ces années. Après les élections, le Haut Conseil d’État (HCS) disparaîtrait alors probablement entièrement et serait remplacé par de nouveaux membres et l’avenir de ceux de l’actuel Gouvernement d’union nationale (GNU) serait pour le moins incertain.

Résultat, pour le moment, rien ne change et les puissantes milices armées, qui contrôlent illégalement Tripoli, continuent de très bien vivre avec le gouvernement du président Dbeibha, qui se garde bien de s’immiscer dans leurs affaires.

De plus, il est communément admis qu’aucun de ceux qui gèrent aujourd’hui des zones de pouvoir en Libye n’a un réel intérêt à mener à bien le projet d’élections libres. Une « nouvelle feuille de route réaliste et exécutoire, définie avec des durées et des étapes » telle que proposée maintenant et qui inclut l’acceptation d’une constitution définitive, sera très probablement une sorte de « garantie légale » qu’il n’y aura pas d’élections dans le prochain quelques années.

Les raisons sont claires et il est irréaliste que des élections présidentielles ou législatives reportées se tiennent bientôt. Certains groupes de pression libyens semblent exiger qu’au moins des élections législatives soient organisées, mais même cela est peu probable.

Le président Dbeibha continue de faire avancer son programme de Premier ministre GNU comme si de rien n’était et il pourrait très bien réussir sous la protection de ses milices armées « loyales » (terme à utiliser avec la plus grande prudence en Libye) de Tripoli et Misrata. Il est possible que la Chambre des représentants se réunisse et essaie de désigner un nouveau Premier ministre, comme cela a déjà été annoncé par nombre de ses membres et demandé par d’autres, mais si ce « candidat » n’est pas quelqu’un capable d’obtenir les milices de Misurata et au moins une bonne partie de ceux de Tripoli, ne seront jamais en mesure de prendre le poste.

Il existe actuellement des doutes juridiques sur Dbeibha et le procureur général Al Sadiq Al Sour, décrit comme un homme droit et respectable, jouera un rôle important dans les décisions concernant cette nouvelle controverse. Dans le cas où Dbeibha sortirait « nettoyé » de l’accusation, très probablement, nous verrons une continuation du « statu quo » actuel, un abandon de l’est et du sud du pays et une aggravation toujours plus grande de la situation socio-économique. situation de la population commune.

La question que beaucoup se posent est : combien de temps sera-t-il accepté par ceux qui ne profitent pas du nouveau chaos ? On s’attend probablement à un fossé grandissant entre la Tripolitaine et les autres régions. Surtout quand il s’agit de « régions pétrolières », la formation de gouvernements régionaux qui vont créer des tensions croissantes et, enfin, il ne sera pas surprenant que l’on assiste à un retour de violents affrontements et combats sur la rive nord-africaine de la Méditerranée.

Il n’y a aucune certitude parmi les analystes que c’était une bonne décision de donner un « chèque en blanc » au gouvernement Dbeibha par le biais de la récente déclaration conjointe des États-Unis, du Royaume-Uni, de la France, de l’Italie et de l’Allemagne, car il existe un doute raisonnable que cela ne se produira pas. faciliter sa volonté de compromis.

Enfin, il faut garder à l’esprit que tant la Russie que la Turquie n’ont pas encore accepté le retrait de leurs forces mercenaires et qu’elles tenteront donc d’influencer un changement qui, pour l’instant, ne leur conviendrait pas. Les deux pays sont pourtant en ce moment au centre de problèmes considérables, comme celui des protestations au Kazakhstan pour la Russie et celui pour lequel le président turc Erdogan qui tente d’arrêter la dépréciation de la livre turque qui ne connaît pas de pause , à tel point que fin 2021 son pouvoir d’achat était estimé à quinze fois inférieur à celui de début 2002.

En ce qui concerne notre pays, on espère que la persistance de la crise gouvernementale libyenne continuera d’être prise en considération et d’attention maximale car une partie importante des approvisionnements énergétiques vitaux pour l’Italie et son économie provient de ce pays. Un gel des approvisionnements en provenance de Libye serait un autre problème en cette période de « factures élevées ».

Campion Roussel

"Explorateur. Érudit de Twitter. Organisateur dévoué. Junkie extrême d'Internet. Nerd de voyage incurable."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.