Scientifiques : Aucun lien entre les tumeurs cérébrales et l’utilisation du téléphone

Devant de la recherche 899 jeunes âgés de 10 à 24 ans traités pour une tumeur au cerveau ont été interrogés sur leur utilisation des smartphones et autres appareils mobiles, comme les tablettes. Le groupe témoin était composé de 1910 jeunes du même groupe d’âge qui sont venus à l’hôpital pour une appendicite.

Il est certain que la téléphonie mobile n’a rien à voir avec cette condition, explique l’épidémiologiste environnemental Roel Vermeulen. Il est l’un des deux chercheurs principaux de l’étude, qui est apparu cette semaine dans la revue scientifique Environment International.

Radiation

Au cours d’entretiens approfondis, les chercheurs ont interrogé les jeunes sur leur comportement d’appel et sur la date à laquelle ils ont commencé à utiliser les téléphones portables. De plus, ils ont également examiné, par exemple, le type de téléphone qu’un jeune utilise et les chercheurs ont calculé la quantité de rayonnement que le jeune reçoit dans le cerveau en fonction de l’utilisation.

Première grande étude auprès des jeunes

L’étude a montré que les jeunes atteints d’une tumeur au cerveau n’utilisaient pas leur téléphone portable de manière plus ou plus intensive que les jeunes du groupe témoin. Selon Vermeulen, des recherches antérieures ont été menées sur le lien entre l’utilisation du téléphone portable et les tumeurs cérébrales chez les adultes, et dans une petite étude également sur les jeunes. Cependant, il s’agit de la première étude à grande échelle sur les jeunes. Ils utilisent beaucoup plus souvent et dès leur plus jeune âge le téléphone portable que les adultes interrogés.

Selon Vermeulen, les résultats sont une bonne nouvelle, notamment en raison des inquiétudes que certaines personnes ont quant au danger des radiations des smartphones. « Il est important que la science réponde lorsqu’il y a de telles inquiétudes. »

Louie Roy

"Aspirant défenseur de la télévision. Pionnier de l'alimentation. Amateur de bacon hardcore. Résolveur de problèmes indépendant. Expert en bière. Spécialiste de la culture pop. Nerd Twitter. Webaholic."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.