Stefano Domenicali considère Nice comme le domicile du Grand Prix de France



Éditorial





Si cela ne tient qu’au PDG de la Formule 1, Stefano Domenicali, le Grand Prix de France pourrait se dérouler dans les rues de Nice à l’avenir.

L’avenir de la course française est en question alors que le calendrier de la Formule 1 ne cesse de s’étoffer. La course au circuit Paul Ricard n’est pas connue comme une course spectaculaire et hors piste, les pilotes n’ont souvent ni froid ni chaud. De plus, il y a aussi beaucoup à faire concernant les routes d’accès au circuit, qui, selon les décideurs, seraient également une horreur. La saison dernière, nous avons vu une course stratégique passionnante que Max Verstappen a réussi à gagner, mais de nombreuses autres courses intéressantes sont presque impossibles à mentionner.

Course de rue à Nice

En conversation avec les Français L’Équipe Domenicali suggère qu’il existe une alternative au Grand Prix de France. « Historiquement, la France a été un pays important dans le sport automobile », a déclaré le PDG de la Formule 1 à propos de l’importance d’un Grand Prix de France. Le pays a une riche histoire du sport automobile et il appartient donc au calendrier, seul le lieu est un sujet de conversation. « Vous ne le savez peut-être pas, mais il y a maintenant un beau projet à Nice, car ils veulent aussi un Grand Prix. C’est formidable, car cela prouve que d’autres endroits du pays s’intéressent également à ce sport », explique Domenicali avec enthousiasme. de. La Formule 1 examinera et étudiera d’abord attentivement les candidatures avant de prendre la décision finale. Nous attendons d’entendre ce que le sport a décidé fin juillet.

Calendrier surchargé

La Formule 1 est populaire et les propriétaires le sentent. De nombreux pays ont manifesté leur intérêt pour le ballon à un million de dollars. Par exemple, il a également été annoncé la semaine dernière que le sport travaille sur un Grand Prix en Afrique du Sud. « Le calendrier de l’année prochaine est en cours de préparation. Ce n’est bien sûr pas raisonnable si nous avons trente Grands Prix. La préférence va à 23 ou 24 courses et pour y parvenir nous voulons travailler avec un système de rotation et certainement pas seulement pour l’Europe, mais également pour d’autres pays « , explique le PDG de la Formule 1.

Perrine Lane

"Passionné de voyages indépendant. Amateur de bacon sympathique. Résolveur de problèmes passionné. Férus du Web. Créateur professionnel."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.