Taïwan : la Chine toujours en l’air et prête à « se battre le plus loin possible »

Un conflit de mots a éclaté entre Washington et Pékin au sujet de la fin de la liberté de Taiwan. La Chine a l’aventure de rattacher l’île à sa région, pour la seconde de manière « tranquille », tout en évoquant le risque de « choix différents » également sur la table. Régulièrement, des milliards de dollars d’échanges océaniques transitent par cette zone essentielle.
Pékin exprime efficacement l’idée. Après avoir miné les États-Unis la veille pour déclencher un conflit « si nous pensons vraiment qu’il est sage d’isoler Taïwan de la Chine », un même ministre de la Défense a rapporté ce dimanche que la nation s’attendait à « se battre jusqu’au bout » pour empêcher la liberté de l’île.

La Chine considère cette île de 24 millions d’habitants comme l’une de ses régions notables qu’elle compte reconquérir de force si nécessaire. L’océan qui l’entoure est un autre domaine d’intérêt important. Pékin revendique la quasi-totalité de cet océan riche en atouts, à travers lequel des milliards de dollars d’échanges maritimes sont dépensés chaque année.

« Nous nous battrons quoi qu’il arrive et nous nous battrons aussi loin que possible. C’est la principale décision pour la Chine », a déclaré Wei Fenghe sur un ton hostile lors de la réunion de sécurité « Shangri-Dialog ». Le » à Singapour.

« Les individus qui recherchent l’autonomie de Taiwan déterminés à séparer la Chine n’accompliront absolument pas leurs buts », a-t-il déclaré. « Personne ne devrait à aucun moment sous-estimer l’assurance et la capacité de l’armée chinoise à protéger sa droiture régionale. »

Cette déclaration semble être une réponse à celle, l’autre jour, du ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, qui avait censuré l’action tactique « provocatrice et sape » de Pékin.

Vers la « réunification »

De plus, les objectifs de la deuxième économie mondiale sont clairs. Le gouvernement chinois a besoin d’une « réunification sereine » avec Taïwan mais a tenu « des choix différents », a déclaré le ministre de la Défense.

M. Wei a demandé à Washington de « cesser de critiquer et de contenir la Chine… de cesser de se mêler des entreprises intérieures de la Chine et de cesser de blesser les inclinations de la Chine ».

Cependant, il était également plus apaisant, exigeant une relation sino-américaine « stable », qui, selon lui, est « essentielle pour l’harmonie mondiale ».

Le président Joe Biden, lors d’une visite au Japon le mois dernier, a semblé rompre avec de nombreuses années de stratégie américaine lorsque, à la lumière d’une enquête, il a déclaré que Washington protégerait militairement Taiwan chaque fois que la Chine serait poursuivie.

Taipei tente de calmer le jeu
Taïwan, qui a un gouvernement basé sur la popularité, vit sous le danger constant d’une intrusion du tyran chinois, qui considère l’île comme faisant partie de sa région et doit la reprendre un jour, par la force si elle est importante.

Dimanche, le Premier ministre taïwanais Su Tseng-chang a de nouveau tenté de calmer le jeu. « Quelle que soit la durée de la correspondance, de la correspondance et de l’absence de conditions politiques préalables, nous sommes prêts à participer à l’échange avec la Chine en faisant preuve de générosité », a-t-il déclaré, réaffirmant un lieu que le président taïwanais Tsai Ing-wen a maintes et maintes fois communiqué ouvertement.

« Taiwan préfère ne pas fermer la voie à la Chine. La Chine a utilisé différents moyens pour abuser et traiter Taiwan de manière absurde », a ajouté Su Tseng-chan.

Quoi qu’il en soit, les rares attaques d’avions militaires chinois dans la zone de garde aérienne taïwanaise ont récemment accru la tension.

La Chine n’a pas voulu s’entretenir avec Tsai Ing-wen depuis qu’elle a été choisie pour la première fois en 2016, la considérant comme une rebelle qui ne reconnaîtrait pas la Chine et Taïwan comme une caractéristique d' »une seule Chine ».

Les deux Corées

M. Wei a exigé dimanche que la Chine considère l’opportunité de la route et s’en prenne à Washington de manière cachée.

« Un pouvoir spécifique incroyable a longtemps travaillé sur l’autorité de livraison en supposant un semblant d’opportunité d’itinéraire », a-t-il déclaré.

Wei a déclaré que la Chine, partenaire fondamental de la Corée du Nord, avait besoin de tranquillité dans la péninsule coréenne après une nouvelle série d’essais d’armes.

« La façon de (s’attaquer) au problème actuellement est de se concentrer sur les intérêts de sécurité de tous les rassemblements et de les satisfaire », a-t-il déclaré.

S’exprimant au plus haut point dimanche, le ministre sud-coréen de la Défense Lee Jong-sup a déclaré que Séoul renforcerait ses capacités de protection et travaillerait avec les États-Unis contre le danger venu du Nord.

Albain Forestier

"Nerd passionné d'alcool. Entrepreneur d'une humilité exaspérante. Spécialiste des médias sociaux. Organisateur primé. Amoureux général de Twitter. Spécialiste de la bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.