Une équipe de tournage française cherche d’Artagnan à Maastricht | 1Limbourg

Le mystère entourant le mousquetaire d’Artagnan, mort à Maastricht au XVIIe siècle, est toujours vivace en France. Une équipe de la télévision nationale est à Maastricht pour rechercher le héros national français.

La chaîne de télévision française veut raconter l’histoire de d’Artagnan dans la série historique Secrets d’Histoire.

Balle dans la tête
Secrets d’Histoire est une série bien connue qui existe en France depuis 15 ans. Les réalisateurs de télévision ont commencé le tournage il y a quelques jours dans sa région natale du sud de la France et se terminent maintenant à Maastricht, l’endroit où d’Artagnan a été tué le 15 juin 1673. Près du Tongerse Poort, il a été abattu d’une balle dans la tête par un balle de mousquet. touché lors d’un combat.

Mystère
Dans ce cas, le mystère réside principalement dans la dernière demeure de d’Artagnan. Ses restes n’ont pas été retrouvés à ce jour. Ce serait dans le Sint-Petrus-en-Pauluskerk dans le district de Maastricht de Wolder, mais ce n’est pas certain. L’archéologue Wim Dijkman explique dans le documentaire français. Reste que retrouver le corps du héros national ne s’avère pas du tout la motivation du documentariste Yannick Adam de Villiers. « Nous voulons en fait garder une part du mystère. Si nous retrouvons le corps, il reviendra à la vie, pour ainsi dire. S’il est perdu, il reste intangible, si nous ne savons pas exactement où il est enterré. Après tout, n’est-ce pas pour que le personnage historique fasse partie de la légende elle-même ? »

Fiction d’Artagnan
Au fil des siècles, la littérature a alimenté la fascination française pour d’Artagnan. Il est le plus célèbre des mousquetaires du XVIIe siècle, mais ce que beaucoup de gens ignorent, c’est qu’il y a deux d’Artagnan. Le personnage historique qui a réellement existé et le personnage fictif d’Artagnan. On connaît cette dernière par les livres du XIXe siècle de l’écrivain français Alexandre Dumas, serviteur de Louis XIV, dont s’inspirent de nombreux films. « Ce livre a été filmé plus d’une centaine de fois. On peut y penser de manière si folle, avec un casting de stars mais aussi en Chine où les mousquetaires pratiquaient le Kung Fu », explique Dijkman. Le personnage du roman était un jeune héros, sur lequel la plupart des images créées par la suite sont basées. Un jeune homme dans la trentaine, alors qu’il avait la soixantaine lorsqu’il est décédé.

Main droite et charmeur
Le personnage historique était un confident du Roi Soleil Louis XIV, une sorte de bras droit. Les mousquetaires étaient des hommes que les femmes admiraient. Avec d’Artagnan, il semble que son ex-femme l’ait suivi partout. Dijkman pense en connaître la raison. « Je pense qu’elle était tellement jalouse qu’aucune femme n’était autorisée à s’approcher de lui, sinon il pourrait avoir une erreur. » Les rumeurs sont aussi qu’elle a été interdite de quitter la maison. Le roi lui a alors personnellement permis de divorcer. Très exceptionnel pour l’époque.

Enterré en terre consacrée
Le Roi Soleil était un roi catholique. Au moment où d’Artagnan a été tué, on ne savait pas que tout le siège ne durerait que 13 jours. Louis XIV voulait en fait emmener la dépouille à Paris, mais comme ils ne savaient pas combien de temps cela prendrait, il fut quand même enterré à Maastricht. Et cela devait se faire en terre consacrée, dans la nef de l’ancienne église, qui se trouvait au même endroit que l’actuelle.

Pourquoi ne pas creuser quand même ?
Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il n’y a pas de fouilles dans l’église, Dijkman est très clair : « Alors je serais coupable d’un désir Gabe. « Il y a toutes sortes de raisons pour lesquelles vous ne pouvez pas trouver la tombe. La tombe pourrait être dérangée. » Ce n’est que si jamais le chauffage au sol est installé dans l’église qu’il y a une chance que la tombe soit rencontrée. Pourtant, les gens savent déjà un certain nombre de choses : qu’il est mort par une balle de mousquet, quel âge « Il y a encore une lignée et ces gens veulent faire don de leur ADN pour vérifier s’il s’agit bien de d’Artagnan », a déclaré l’archéologue Dijkman.

Perrine Lane

"Passionné de voyages indépendant. Amateur de bacon sympathique. Résolveur de problèmes passionné. Férus du Web. Créateur professionnel."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.