« Va payer le prix de l’inconduite »

Après que d’autres pays ont annoncé leur boycott olympique, la Chine a réagi avec de vives critiques. Désormais, le nouveau ministre allemand des Affaires étrangères s’est également exprimé sur le sujet.

La Chine a vivement critiqué l’extension du boycott diplomatique des Jeux Olympiques d’hiver à Pékin par d’autres pays. Après que l’Australie, le Canada et la Grande-Bretagne se sont joints aux États-Unis et ont refusé d’envoyer des représentants du gouvernement, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré jeudi à Pékin que les quatre pays « paieront le prix de leurs actes répréhensibles ». Le fait qu’ils utilisent la plate-forme olympique à des fins de manipulation politique est « impopulaire ». Ils s’isolaient aussi avec lui.

La veille, l’Australie puis la Grande-Bretagne et le Canada avaient déclaré, comme les USA, ne pas envoyer de représentants officiels à Pékin pour célébrer en marge des Jeux. Cependant, vos athlètes participeront aux jeux du 4 au 20 février 2022. La Nouvelle-Zélande n’enverra pas non plus de diplomates en Chine.

Baerbock met en garde contre un éventuel boycott olympique

La nouvelle ministre fédérale des Affaires étrangères Annalena Baerbock (Verts) veut décider d’un éventuel boycott diplomatique des Jeux olympiques d’hiver en Chine avec le gouvernement allemand et des partenaires européens.

« Si une femme soulève de telles allégations, alors elle doit être entendue dans un contexte international », a déclaré Baerbock jeudi à Paris. Elle faisait référence à la joueuse de tennis chinoise Peng Shuai, qui a été mise sous pression après des allégations de viol contre un responsable du parti. Une réponse commune doit être trouvée, a déclaré Baerbock, qui s’était rendu en France lors de sa première visite à l’étranger.

La France ne veut pas se joindre au boycott

La France ne se joint pas au boycott diplomatique des Jeux Olympiques d’hiver de Pékin. Le ministre de l’Éducation et des Sports, Jean-Michel Blanquer, a déclaré jeudi dans une interview accordée à la chaîne de télévision BFMTV. « Le sport est un monde à part et doit être protégé autant que possible des influences politiques », a déclaré Blanquer. Sinon, cela rendrait toutes les compétitions impossibles à la fin. Comme l’a expliqué Blanquer, il ne se rendra pas lui-même à Pékin, mais plutôt à la ministre des Sports, Roxana Maracineanu.

La France a une position claire et a condamné la persécution des minorités telles que les Ouïghours et les violations des droits de l’homme. Le ministre a également déclaré qu’il s’inquiétait du sort du joueur de tennis Peng Shuai.

La Chine a été critiquée pour avoir violé les droits de l’homme dans ses relations avec les Ouïghours et les Tibétains, pour avoir réprimé le mouvement pour la démocratie à Hong Kong et pour des menaces contre Taïwan.

« Je tiens à souligner que la Chine n’a invité aucun des pays concernés », a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. Que les officiels viennent ou non, il y aura des matchs réussis à Pékin. « Le sport n’a rien à voir avec la politique. La grande majorité de la communauté internationale soutient les Jeux d’hiver de Pékin, a déclaré Wang Wenbin.

Perrine Lane

"Passionné de voyages indépendant. Amateur de bacon sympathique. Résolveur de problèmes passionné. Férus du Web. Créateur professionnel."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.