Van der Poel s’impose en Flandre : Pogacar rage après sa défaite dans le duel géant

Van der Poel s’impose en Flandre
Pogacar fait rage après sa défaite dans le duel géant

Le vainqueur du Tour Tadej Pogacar pilote le Tour des Flandres pour la première fois. Il tente tout, continue d’attaquer et se débarrasse de presque tous ses poursuivants. Seul le Néerlandais Mathieu van der Poel reste toujours à ses côtés. Dans un sprint spectaculaire, il remporte la victoire et Pogacar fait rage.

Tadej Pogacar a levé les bras de colère, le double champion du Tour a réprimandé son rival enthousiaste Mathieu van der Poel après le duel géant perdu. Après un duel palpitant entre les meilleures stars, Pogacar a raté de peu le quasi triomphe de son premier Tour des Flandres dans une finale controversée. Au lieu de cela, la victoire dans la spectaculaire classique belge est revenue au grand favori van der Poel pour la deuxième fois après 2020.

« J’ai travaillé si dur pour cette course. C’est incroyable », a déclaré van der Poel. Après 272,5 km entre Anvers et Audenarde, le Néerlandais s’est imposé devant son compatriote Dylan van Baarle (Ineos-Grenadiers) et le Français Valentin Madouas (Groupama-FDJ). Le Slovène Pogacar (UAE Emirates), qui avait longtemps dominé avec van der Poel, est sorti perdant du sprint poker pour terminer quatrième.

Les douze partants allemands autour de l’espoir Nils Politt (Cologne/Bora-hansgrohe) n’ont rien à voir avec la décision, mais ont montré une course active en tant qu’assistants et en groupes d’évasion. Les seuls vainqueurs allemands du Tour des Flandres restent Rudi Altig (1964) et Steffen Wesemann (2004).

Galop en groupe

Pour la première fois depuis le début de la pandémie, les spectateurs ont de nouveau été autorisés à se rassembler sur le bord de la route lors de la plus grande course cycliste belge. Les fans sont venus en masse, la « Ronde » est devenue un festival folklorique bien connu par un temps généralement ensoleillé mais frais – seule l’absence de la star belge Wout van Aert a provoqué une petite désillusion chez les hôtes.

Pendant longtemps, un groupe d’évasion a déterminé ce qui s’est passé, qui comprenait également Cottbuser Max Kanter (Movistar). Dans l’élan croissant au cours des 100 derniers kilomètres, cependant, l’avance s’est rétrécie régulièrement. La pression du peloton était trop forte pour une victoire surprise. Politt a osé sa chance du groupe de tête. Le vainqueur d’étape du Tour a attaqué sur le Kanarienberg, le dixième des 18 cales mythiques du jour, à environ 70 km de l’arrivée. La tentative a échoué. Politt a été rattrapé rapidement – et peu de temps après, il a dû enterrer tout espoir de victoire.

Deux autres classiques en avril

Lors du deuxième des trois passages au-dessus du célèbre Oude Kwaremont, Pogacar a lancé le turbo. Seuls quelques pilotes ont pu suivre la brutale augmentation de vitesse, Politt n’en faisait pas partie. Pogacar a utilisé les ascensions nettes suivantes pour de nouvelles attaques et a ainsi réduit la concurrence. Lors de la dernière ascension à Paterberg, seul van der Poel était à ses côtés.

Le duel géant s’est terminé par un débat houleux dans la dernière ligne droite. Au lieu de forcer la décision dès le début, van der Poel a réduit la vitesse à un rythme presque au pas. Pogacar, comparé au Néerlandais désavantagé au sprint, a hésité pour sa part. Les poursuivants ont utilisé les plaisanteries et se sont rattrapés, les meilleures stars ont menacé d’avoir joué, mais finalement van der Poel a prévalu.

Le Tour des Flandres, qui a eu lieu pour la première fois en 1913, est le temps fort pavé du printemps, aux côtés de Paris-Roubaix prévu le 17 avril. Le deuxième monument belge – Liège-Bastogne-Liège – forme la conclusion traditionnelle des grandes classiques d’un jour du premier semestre le 24 avril.

Perrine Lane

"Passionné de voyages indépendant. Amateur de bacon sympathique. Résolveur de problèmes passionné. Férus du Web. Créateur professionnel."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.