Les Britanniques donnent un ultimatum à la France dans un différend sur la pêche

Ce week-end, les chefs d’État français et britannique se sont mis d’accord sur une désescalade du différend sur la pêche lors du sommet du G20. Mais maintenant, le gouvernement britannique lance un ultimatum.

Série photo avec 54 photos

Dans le différend sur les droits de pêche, le gouvernement britannique donne 48 heures à la France pour céder. Sinon, Londres engagera une action en justice sur la base de l’accord sur le Brexit, a déclaré lundi la ministre des Affaires étrangères Liz Truss à Sky TV. Truss a qualifié les menaces françaises d’injustes et a annoncé une action en justice comme contre-mesure.

« Arrêtez de menacer les bateaux de pêche britanniques. Arrêtez de menacer les ports du canal. Et acceptez que nous ayons pleinement le droit de délivrer des licences de pêche conformément à l’accord commercial », a déclaré Truss. Un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson n’a pas souhaité que les déclarations soient comprises comme un ultimatum britannique. Truss visé à l’échéance française.

Le délai français expire

Le délai fixé par Paris expire mardi. Le gouvernement a annoncé des mesures sévères si Londres n’accorde plus aux pêcheurs français un permis de pêche pour les eaux britanniques d’ici là.

Pour désamorcer le différend peu avant l’échéance française, la Commission européenne a convoqué une réunion lundi après-midi. De hauts responsables de l’autorité, de la France, de la Grande-Bretagne et des îles anglo-normandes, Jersey et Guernesey se réunissent par liaison vidéo pour trouver une solution rapide aux problèmes en suspens, a déclaré à la demande une porte-parole de la Commission européenne.

La France menace de contrôles et de fermetures

Paris accuse Londres de discriminer politiquement les pêcheurs français lorsqu’ils sont autorisés à pêcher dans les eaux britanniques. La France a annoncé qu’elle fermerait certains ports aux bateaux britanniques et resserrerait les contrôles sur les pêcheurs britanniques s’il n’y avait pas d’accord. Les camions devraient également être contrôlés de plus près. Londres rejette les allégations et menace de contre-mesures qui affecteraient l’ensemble de l’UE.

Le différend éclipse le début du sommet sur le climat COP26 à Glasgow et constitue également un fardeau pour l’UE. Les 27 États membres restants ont jusqu’à présent parlé d’une seule voix sur les questions liées au Brexit. Le fait que Londres mette en péril la relation avec un différend bilatéral sur un sujet relativement insignifiant est perçu comme dangereux à Bruxelles.

À Glasgow, l’hôte Johnson a accueilli le président français Emmanuel Macron avec un sourire, mais tous deux ont rapidement semblé très sérieux. Macron avait souligné dimanche soir que le ballon était du côté britannique. « Si les Britanniques ne prennent pas de mesures significatives, des mesures doivent être prises avant le 2 novembre. » Selon les informations britanniques, il s’agit de quelques dizaines de bateaux français qui n’ont pas reçu de permis de pêche faute d’avoir pu fournir les justificatifs requis. Il y a quelques jours, la France avait arrêté un bateau britannique au Havre.

« Chemin d’affrontement »

Ce n’est pas le seul conflit entre le Royaume-Uni et l’UE. Dans le différend sur les règles spéciales du Brexit pour l’Irlande du Nord, les deux parties se sont mutuellement reprochées. Le ministre britannique du Brexit, David Frost, a critiqué l’UE pour avoir négligé les sentiments sensibles « énormes politiques, économiques et identitaires » des habitants de la province britannique.

Le représentant de l’UE pour le Brexit, Maros Sefcovic, a accusé la Grande-Bretagne d’être sur la « voie de la confrontation ». Londres insiste sur le fait que, contrairement à l’accord actuel, la Cour de justice européenne (CEJ) n’est pas la plus haute instance juridique pour les différends concernant le soi-disant protocole d’Irlande du Nord.

Le protocole fait partie de l’accord sur le Brexit et vise à empêcher une frontière dure entre la province et l’Irlande, membre de l’UE, et de nouvelles tensions dans l’ancienne région de la guerre civile. Cela a créé une frontière douanière entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni.

La situation en Irlande du Nord est tendue. Prise d’assaut lundi deux partisans radicaux présumés de l’union avec la Grande-Bretagne ont attrapé un bus et l’ont incendié. Les passagers n’étaient pas à bord, le chauffeur a pu se mettre en sécurité. La ministre des Infrastructures d’Irlande du Nord, Nichola Mallon, a déclaré à la BBC que les assaillants avaient « maugré sur le dossier » lors de l’incident de Newtownards lorsqu’ils ont menacé le conducteur avec une arme à feu.

Albain Forestier

"Nerd passionné d'alcool. Entrepreneur d'une humilité exaspérante. Spécialiste des médias sociaux. Organisateur primé. Amoureux général de Twitter. Spécialiste de la bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.