Repose en paix Jean-Louis Trintignant

Jean-Louis Trintignant nous a quitté ce vendredi. Retour sur une filmographie remarquable, qui mêle films d’auteurs et œuvres grand public, et qui a été à chaque fois une réalisation extraordinaire.
Le splendide animateur Jean-Louis Trintignant a donné un coup de pied au seau ce vendredi à 91 ans. L’animateur a fait sa présentation dans le film de Christian Jacques « Si tous les mecs du monde », où il a assumé le court-métrage d’un radioamateur parisien, avant d’exercer près de 160 métiers différents au théâtre et au cinéma. Sans être exhaustif, voici quelques films qui composent incontestablement son métier.

De plus, Dieu a fait la dame

Sous la caméra de Roger Vadim, le volet cinématographique a créé un chahut chez les pontes lors de sa livraison et s’est imposé comme une plateforme d’envol sur la scène mondiale pour les vocations de ses deux artistes fondamentaux, notamment : Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant. . Le film à la distribution de renom a provoqué un embarras en 1956, compte tenu du fait que son chef Roger Vadim évoquait de manière immédiate les désirs des dames. L’œuvre sert également de carte de visite pour la petite ville varoise de Saint-Tropez, en grande partie secrète, qui connaîtra par conséquent l’explosion pour laquelle elle est connue.

Un homme et une dame

Oscar du meilleur film à Hollywood et Palme d’or à Cannes en 1966, coordonné et remis par Claude Lelouch, le film touche les observateurs d’un bout à l’autre de la planète. Le couple mythique Anouk Aimé et Jean-Louis Trintignant, allié à la musique de Francis Lai et Pierre Barouh, font de ce récit répandu et immortel l’un des joyaux du septième artisanat.

Z

Enorme avancée de l’année 1969, le film relate la mort d’un délégué par des pouvoirs proches du pouvoir mis en place, pourtant que les spécialistes tentent de couvrir. Fermement réveillé par la mort de Georges Lambrakis (joué par Yves Montand) en Grèce, Jean-Louis Trintignant résume ici un regard résolu sur la justice qui sait enfin poursuivre, malgré la pression, les plus hauts spécialistes de l’Etat et de la les militaires.

En 1969, le film élément obtient le Prix du Jury au Festival de Cannes ainsi que le Prix d’interprétation masculine pour Jean-Louis Trintignant. Au bout d’un an, son chef Costa Gavras a obtenu l’Oscar du meilleur film méconnu. A noter que la musique est endossée par l’extraordinaire auteur Mikis Theodorakis.

Sans portable évident

Enregistré à Nice dans une organisation de Philippe Labro, le magistrat Stéphane Carella (Jean-Louis Trintignant) se retrouve confronté à deux meurtres commis à peu près à la même heure ainsi qu’à deux autres le lendemain. Il dépend de lui de retrouver le point normal entre ce grand nombre d’occasions. Sacha Distel et le toujours brillant Paul Crauchet sont indispensables au casting de ce film composant à tension appuyée. Jean-Louis Trintignant y est remarquable.

Le train

Mai 1940, confronté à l’intrusion allemande, est la calamité. Un train quitte les Ardennes pour La Rochelle. Au cœur de l’agitation, c’est le rassemblement entre Julien et Anna, mais aussi celui d’autres exilés dont les prédéterminations sont rancunières face au conflit d’armes. Sous la houlette de Pierre Granier-Deferre, le couple formé à l’écran par Jean-Louis Trintignant et Romy Schneider est surpuissant dans ce film qui fut livré en se sépare en 1973. Le casting est également louable, notamment : Régine, Maurice Biraud, Serge Marquand ou encore Paul le Person, tous ajoutent à l’aboutissement de cette œuvre au final émouvant. Difficile de rester insensible face à ce déluge d’émotions.

Histoire de flic

Ajusté du livre de Roger Borniche, ancien commissaire de police, le film de Jacques Deray nous entraîne dans la poursuite acharnée de l’ennemi public numéro 1 de l’après-guerre, Émile Buisson. Meurtres, prises de prisonniers, poursuites, depuis pas mal de temps, le desperado est subtil. Le binôme Jean-Louis Trintignant – Alain Delon fonctionne à merveille. C’est la dernière option qui a livré le film en 1975.

Peut difficilement s’accrocher pour dimanche

Composante extrême du film de François Truffaut qui a été livré sur les écrans en 1983, il comprend un agent immobilier et sa secrétaire (Fanny Ardant et Jean-Louis Trintignant). La dernière option est accusée d’homicide. Son associé, furtivement épris, fera tout cela pour le disculper. Parodie d’enquêteur criminel avec des grappes de gestes et des références aux experts du spine chiller, le film est tourné clairement, pour rétablir plus facilement le climat de l’âge brillant d’Hollywood. Une réalisation incroyable.

Albain Forestier

"Nerd passionné d'alcool. Entrepreneur d'une humilité exaspérante. Spécialiste des médias sociaux. Organisateur primé. Amoureux général de Twitter. Spécialiste de la bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.