Toujours pas clair si Google Analytics peut continuer à être utilisé aux Pays-Bas | À PRÉSENT

On ne sait toujours pas si l’utilisation du service de statistiques de sites Web de Google, Google Analytics, sera toujours autorisée aux Pays-Bas. Une enquête menée par le responsable de la protection de la vie privée, l’Autorité néerlandaise de protection des données (AP) est maintenant terminée, mais une conclusion suivra « dans le courant de cette année », a déclaré un porte-parole de l’AP à NU.nl.

Par exemple, avec Google Analytics, les propriétaires de sites Web peuvent voir le nombre de visiteurs. Le logiciel fournit également un aperçu de la façon dont les visiteurs sont venus sur les sites.

Google Analytics peut ne pas être conforme au Règlement général sur la protection des données (RGPD), la loi européenne sur la protection de la vie privée. Un régulateur autrichien avait précédemment conclu que le logiciel n’était pas conforme aux règles. Le programme enverrait les données personnelles des utilisateurs autrichiens, telles que les adresses IP, à Google aux États-Unis.

En France, l’avis du régulateur CNIL était le même. Un administrateur de site Web français s’est vu accorder un mois pour se conformer à la législation ou pour cesser complètement d’utiliser Google Analytics.

Depuis le début de cette année, l’Autorité néerlandaise de protection des données enquête sur deux sites Web de fournisseurs néerlandais qui utilisent Google Analytics. On ne sait pas quels sites Web sont impliqués. L’enquête est maintenant terminée et un rapport a été rédigé.

Le régulateur ne tire pas encore de conclusions. « Les résultats sont avec le département de l’exécution de l’AP », a déclaré le porte-parole. « Ce département surveille l’enquête et donne aux sites Web enquêtés et à Google la possibilité de répondre. Ensuite, Enforce décide d’éventuelles sanctions, mais il est trop tôt pour dire quoi que ce soit à ce sujet. »

Une éventuelle interdiction a des conséquences majeures

« Remarque : l’utilisation de Google Analytics pourrait bientôt être interdite », écrit l’AP dans un manuel en ligne. Si cela arrive vraiment, cela aura un impact majeur sur les sites Web néerlandais, tels que les boutiques en ligne. « Presque toutes les boutiques en ligne et tous les sites Web utilisent l’outil gratuit Google Analytics pour analyser le trafic sur leur site Web », explique Marlene ten Ham, l’association des boutiques en ligne Thuiswinkel.org.

Grâce aux données de Google Analytics, les boutiques en ligne peuvent améliorer l’expérience client, entre autres choses, explique Ten Ham. Une interdiction signifierait que les magasins en ligne ne respecteraient plus la loi en masse. Cela signifie qu’ils courent le risque de recevoir de lourdes amendes.

Les administrateurs peuvent arrêter le partage de données avec VS

Google s’est installé dans un article de blog a été défendu en disant que les organisations elles-mêmes déterminent quelles données elles collectent et comment elles sont traitées. Les données sont envoyées aux serveurs américains par défaut, mais les utilisateurs d’Analytics peuvent refuser que cela se produise.

L’organisme français de surveillance de la vie privée a déclaré que Google Analytics avait mis en place des mesures pour mieux contrôler le partage des données, mais pas suffisamment pour exclure l’accès aux agences de renseignement américaines.

On ne sait pas encore si l’AP donne suite aux déclarations faites par les organismes de surveillance de la vie privée dans d’autres pays européens. Le régulateur dit qu’il discutera de la question au sein du comité européen de la protection des données, au sein duquel les régulateurs européens de la protection de la vie privée sont unis.

« Nous verrons comment les autres le feront, car c’est dommage de réinventer la roue tout seul », a déclaré le porte-parole de l’AP. « Mais bien sûr, nous devons également faire face au droit national. »

Le directeur de Thuiswinkel.org affirme que de nouveaux accords entre l’Europe et les États-Unis sont désespérément nécessaires pour résoudre le problème du partage des données entre les continents. Le soi-disant Privacy Shield protégeait les données personnelles des Européens, mais cela a été déclaré invalide en 2020. De nouvelles nominations sont en cours. « Une autre solution consiste pour Google à ajuster ses services et à ne plus échanger de données avec les États-Unis », ajoute Ten Ham.

Cadice Lyon

"Fanatique des médias sociaux. Accro à la télévision. Évangéliste du Web. Fier érudit au bacon. Ninja du café. Organisateur professionnel."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.