Une étudiante sur quatre se plaint de violences sexuelles

C’est un terrain de formation pour les futurs cadres – mais il y aurait de nombreuses victimes de violences sexuelles à l’École polytechnique française. Les allégations vont jusqu’au viol.

Presque une étudiante sur quatre de l’École française d’ingénieurs, l’École polytechnique, se plaint de violences sexuelles. Dans une enquête à laquelle ont participé 2 100 des 3 400 étudiantes, 23 % ont déclaré avoir été victimes de violences sexuelles au cours de leurs études, a rapporté le journal « Le Monde ».

Il s’agissait de prises sur les fesses et les seins, de baisers forcés, de harcèlement sexuel et de onze viols ou tentatives de viols. Il y a également eu des plaintes concernant un ton sexiste dans l’université d’élite juste à l’extérieur de Paris, où les femmes sont minoritaires à 17% et ne sont autorisées à étudier que depuis 1972.

De nombreux diplômés deviennent ensuite managers

Des enquêtes précédentes dans d’autres universités françaises d’élite avaient également révélé des cas massifs de comportements sexistes et de violences sexuelles. L’école d’ingénieurs travaille actuellement sur un plan contre les violences sexuelles, qui devrait également prévoir des sanctions, rapporte « Le Monde ».

Fonctionnant à l’origine comme une académie militaire, l’université reste sous la tutelle du ministère de la Défense et gère un processus d’admission très sélectif. De nombreux diplômés deviennent plus tard des leaders au sein du gouvernement et des affaires.

Campion Roussel

"Explorateur. Érudit de Twitter. Organisateur dévoué. Junkie extrême d'Internet. Nerd de voyage incurable."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.