Le Kazakhstan, l’ancien dirigeant Nazarbayev n’a pas quitté le pays. Chef de l’opposition parisienne : « L’Occident a fermé les yeux sur ses crimes »

Ancien président du Kazakhstan Nursultan Nazarbaïev il n’a pas quitté le pays et est dans la capitale Nour-Sultan. Son porte-parole a écrit sur Twitter Aidos Ukibay, en demandant « ne crois pas en fausses nouvelles et aux spéculations « . « L’ancien président – a ajouté Ukibay – tient des réunions consultatives et est en contact direct avec le président du Kazakhstan Kassym-Jomart Tokayev« . Nazarbayev, a poursuivi son porte-parole, a eu une série d' »entretiens téléphoniques avec les dirigeants des pays amis du Kazakhstan » et « invite tout le monde à se rassembler autour du président du Kazakhstan pour surmonter les défis actuels et garantir l’intégrité de notre pays ». , la kremlin annonce que le président russe Vladimir Poutine il a eu une « longue conversation » avec son homologue kazakh Kassym-Zhomart Tokayev dans le but de « rétablir l’ordre » dans le pays. le Comité de sécurité nationale du Kazakhstan annonce l’arrestation de son patron et ancien premier ministre Karim Massimov , pour haute trahison.

L’ancien ministre et ancien banquier Moukhtar Abliazov, en fait le chef de l’opposition en exil Paris, où il vit depuis 4 ans, il a dit au Corriere della Sera de « centaines » de morts à travers le pays, expliquant également ce qui s’est passé devant la maison de l’ancien dirigeant lors de sa tentative d’évasion : « La foule s’est rassemblée et a tenté de marcher sur la résidence de Nazarbayev, Almaty. Il finit par le trouver devant lui, alors qu’il s’apprêtait à s’enfuir avec sa fille Dariga : il avait préparé l’avion pour Abou Dabi. Pour arrêter les manifestants, la police a commencé à tirer des balles en caoutchouc. Mais ensuite, lorsque les manifestants ont fait irruption, les tireurs d’élite. Pour tirer avec de vraies balles. Qui était là, me dit qu’ils ont tué au moins 50 personnes« . Ablyazov a en outre expliqué que « la plupart des victimes sont à Almaty. Mais il y a aussi les villes de l’Ouest, où les gens refusent de quitter les places et maintenant les flics refusent de tirer. Cela explique pourquoi les Russes sont arrivés : le régime ne peut même pas faire confiance à ses hommes ». C’est désormais une véritable révolution. « Le régime a ôté son masque et montré son visage sanguinaire. Quel autre tyran au monde tire sur la foule comme ça ? Pas même Loukachenko en Biélorussie. La communauté internationale doit interdire le Kazakhstan, arrêter de faire des affaires ». Enfin, le leader de l’opposition a précisé ce que signifient « Poutine et le régime » lorsqu’« ils disent que quelqu’un manœuvre la protestation depuis l’étranger », expliquant qu’ils ne font pas référence aux États-Unis, mais « à la France. Parce que je suis réfugié en France Et je suis à eux ennemi numéro un”.

Le dissident accuse alors « l’Occident d’avoir fermé les yeux sur la corruption et les crimes » par Nazarbayev. « Sur les milliards de ses investissements et de ceux de sa famille. Il ne fait rien, même maintenant, laisse Poutine garder le Kazakhstan sous sa botte ». Se souvenir que la femme Chalabayeva et sa fille ont été arrêtés à Italie et extradé vers le Kazakhstan, l’ancien ministre déclare qu’« après cela, l’Italie n’a rien fait : vous avez les trésors et les propriétés de Nazarbayev, mais rien ne se passe. Il y a Entreprise entre lui et société italien, des accords de coopération, mais aucune sanction n’a jamais été imposée. Ces choses donnent de la force aux dictateurs. Une grande banque italienne comme Unicrédit joué un rôle dans l’achat et la vente d’actifs de la famille Nazarbayev. En 2007, un affilié du dictateur, Tour Utemuratov, il a vendu sa banque Atf à Unicredit pour 2,1 milliards de dollars. Six ans plus tard, Unicredit l’a revendue pour 493 millions à un riche homme d’affaires kazakh, Akhmetzhan Yessimov, ancien maire d’Almaty, qui l’a cédé à son tour à une banque appartenant à Nazarbayev. Personne n’a jamais arrêté cette opération : alors que ma femme et ma fille avaient déjà été kidnappées, le dictateur a gagné des centaines de millions ».

L’Union européenne, avec le président de la Commission, Ursula von der Leyen, et le haut représentant pour la politique étrangère, Josep Borrell, continue d’inviter à la désescalade. « J’ai reçu une mise à jour sur la situation lors d’un appel avec le ministre des Affaires étrangères du Kazakhstan, Mukhtar Tileuberdi. J’ai exprimé la volonté de l’UE de soutenir la stabilité et la réduction des tensions. Nous continuerons de suivre la situation de près. Il est important que les droits et la sécurité des civils soient garantis », a déclaré Borrell. Là Allemagne entre-temps, il a suspendu l’exportation de armes au Kazakhstan. La Dpa l’apprend en rappelant que l’année dernière, grâce à 25 licences, des armes d’une valeur totale de 2,2 millions d’euros.

le Département d’État américain autorisé le personnel non essentiel du consulat américain au Kazakhstan et les familles des employés à quitter le pays. « Des manifestations, des protestations et des grèves peuvent se développer rapidement et sans avertissement, perturbant souvent la circulation, les transports, les communications et d’autres services ; de tels événements peuvent devenir violents. Les citoyens américains au Kazakhstan doivent être conscients que les manifestations violentes entravent gravement la capacité de l’ambassade à fournir des services consulaires, y compris une assistance aux citoyens au départ du Kazakhstan », indique un communiqué.

Campion Roussel

"Explorateur. Érudit de Twitter. Organisateur dévoué. Junkie extrême d'Internet. Nerd de voyage incurable."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.