Un gros bœuf allait bien avec l’endroit idéal en plein air

Il y en a encore quelques-uns ici et là dans le paysage fluvial au sud d’Amsterdam : des domaines ruraux qui ont été fondés aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il y a quelques siècles, il y en avait un grand nombre, avec des noms tels que Twistrust, Tulpenburg, Zorgvliet, Zonnendaal et le Cheval Rouge. Il y avait même une Rome sur le Gein. Entre 1640 et 1840, il y en avait au moins 163, a découvert l’architecte paysagiste Gerrit van Oosterom.

Si vous regardez de plus près, vous verrez que Buitenplaats est un nom collectif pour des logements assez différents. Certains étaient des palais pour les propriétaires (généralement) d’Amsterdam, avec une grande terrasse sur le toit ou une tour pour admirer le pays. Les autres « extérieurs » n’étaient qu’une ou quelques pièces décorées dans une ferme existante. Le propriétaire et le fermier, qui louaient les terres correspondantes, vivaient parfois sous le même toit, même si les logements étaient généralement strictement séparés.

Les propriétés de campagne portaient des noms tels que Twistrust, Zorgvliet, Tulpenburg et le cheval rouge

La zone le long de l’ Amstel , du Gein , de l’ Angstel et de quelques autres petites rivières était un domaine de campagne populaire pour le sous-top urbain des marchands, fabricants et rentiers. Les Amstellodamois les plus riches ont préféré fonder ou acheter des propriétés ailleurs, dans la zone des dunes ou la région de Vecht. Il y avait un millier de domaines ruraux dans toute la région périphérique.

En 1742, année au cours de laquelle les revenus et la richesse des riches Amstellodamois ont été enregistrés, François van Harencarspel était l’un des propriétaires les plus riches de la campagne le long de l’Amstel. Il avait un revenu annuel de 24 000 florins, cinq domestiques, une voiture et quatre chevaux. Son « Klarenbeek extrêmement modeste » était situé sur l’Amsteldijk, maintenant utilisé comme ferme de soins. Selon le philosophe français Diderot, qui se promenait en Hollande à la fin du XVIIIe siècle et écrivit à ce sujet, 7 000 florins par an suffisaient tout juste pour mener une vie aisée.

Racines agricoles

La plupart des maisons de campagne possédaient également une ferme. C’était souvent une partie essentielle de cela, dit Van Oosterom, qui a essayé de découvrir comment l’agriculture convenait à la campagne. Selon lui, les racines agricoles des domaines ruraux n’ont jamais été systématiquement explorées auparavant. La combinaison de l’utilité de l’agriculture et du plaisir de la vie à la campagne a rendu populaire le domaine rural.

Domaine rural Wester-Amstel à Amstelven. Photo du livre (milieu du siècle dernier).
Collection Atlas provincial Hollande du Nord
Maison sur le domaine de campagne Wester-Amstel à Amstelveen. Par rapport à la situation vers 1950 (voir ci-contre), il y a maintenant moins d’arbres et il y a une route goudronnée.
Photo Simon Lenskens
Maison sur le domaine de campagne Wester-Amstel à Amstelveen en 1950 et maintenant.

Les fermiers devaient payer un loyer, et parfois ils fournissaient des produits comme le fromage et le beurre. Les produits alimentaires locaux étaient demandés, y compris comme cadeaux. La relation entre propriétaire et locataire était essentiellement commerciale : le fermier était seigneur de son domaine, le propriétaire du domaine rural était le sien. Le locataire ne faisait certainement pas partie du personnel du propriétaire.

En général, les citadins regardaient les paysans avec un mélange d’admiration et d’horreur. D’une part il y avait l’idée du « noble fermier », d’autre part les fermiers étaient considérés comme des « paysans » et attardés. Le juriste Simon van Leeuwen pensait que les «éleveurs de vaches» de l’Amstelland étaient «le genre de personnes les plus stupides et les plus grossiers» de la République.

Il y avait aussi, probablement sporadiquement, des relations intimes. Par exemple, le propriétaire d’un domaine Theodorus de Jongh a eu une relation avec la fermière divorcée Grietje Janse van Schaik pendant des années. Il a nommé Grietje illettré pour surveiller la ferme, avec un salaire généreux. Elle n’a pas gardé ce poste longtemps, mais le salaire qui l’accompagne l’a fait. Et parfois, il s’agissait d’un mariage entre un propriétaire d’une propriété de campagne et la femme d’un fermier.

Les citadins regardaient les paysans avec un mélange d’admiration et d’horreur

Avantage économique?

Il y a eu beaucoup de discussions parmi les historiens sur les motifs de la fondation de domaines ruraux. Étaient-ils là juste pour le plaisir ou étaient-ils aussi économiquement utiles ? Le bail rapportait au moins quelques revenus au propriétaire, mais souvent pas assez pour couvrir tous les frais. Parfois, le loyer n’a pas augmenté pendant longtemps, peut-être parce qu’il n’était pas facile de trouver un bon locataire. Les Buitens n’étaient pas non plus si intéressants en tant qu’objet d’investissement. Ils étaient régulièrement vendus à perte.

Certains propriétaires de domaines ruraux étaient également eux-mêmes des entrepreneurs agricoles. L’engraissement des bœufs importés était particulièrement populaire. Chaque année, des milliers de ces animaux émaciés étaient collectés au Danemark, en particulier pour pousser sur les prairies juteuses de l’Amstelland en bœufs forts, destinés à l’abattage. Pour les citadins, le pâturage des bœufs était plus un passe-temps qu’un modèle commercial. Sur la base de quelques comptes détaillés restants, Van Oosterom conclut qu’il fallait souvent ajouter de l’argent.

UN îlot sur le domaine du domaine de campagne Wester-Amstel.
Photo Simon Lenskens
Partie de le jardin au domaine de campagne Wester-Amstel à Amstelveen.
Photo Simon Lenskens
une île sur le domaine du domaine de campagne Wester-Amstel à Amstelveen et une partie du jardin

Les bœufs servaient également un autre but : ils étaient un embellissement vivant du paysage. La vue de ces bêtes ou d’autres bovins était populaire. Ils faisaient alors partie d’un décor scénique, qui incluait également la maison elle-même, les arbres plantés, les jardins avec des coupoles en pierre ou en bois, des étangs, etc. Une belle vue sur les prairies en faisait partie. Plusieurs de ces dômes, avec vue panoramique sur la route et le fleuve, ont été conservés.

La vue devait être préservée

Selon Van Oosterom, il s’agissait en grande partie des propriétaires des domaines ruraux. Ils se rendaient dans leurs « datchas » pour s’amuser, profitant un peu des loyers et des produits de leur propre terre. Mais surtout ils ont pu montrer qu’ils sont maîtres du territoire et qu’ils ont su améliorer la nature. Par exemple en montrant ces bœufs engraissés. L’un des Buitens s’appelait même Beef Joy.

Domaine rural Wester-Amstel à Amstelven. Photo du livre (milieu du siècle dernier).
Collection Atlas provincial Hollande du Nord
Jardin du domaine de Wester-Amstel à Amstelveen, l’une des rares propriétés de campagne préservées autour d’Amsterdam.
Photo Simon Lenskens
Le domaine Wester-Amstel à Amstelveen (photo du livre (milieu du siècle dernier)) et le jardin du domaine Wester-Amstel à Amstelveen, l’un des rares domaines préservés autour d’Amsterdam.

Il n’y avait pas de place dans cette image idéale pour les fermes désordonnées et les meules de foin : elles étaient cachées derrière des haies et des sinuosités d’arbres aussi loin que possible. L’importance de la maîtrise de l’environnement ressort du fait que divers propriétaires ont également acheté le terrain en face de leur domaine rural, dans le but de préserver la vue.

Les motivations des propriétaires n’étaient peut-être pas si différentes de celles des actuels propriétaires de lotissements, bien que leurs logements soient beaucoup plus modestes. Bénéfice et plaisir vont aussi de pair chez les jardiniers associés. Ils pratiquent également l’agriculture comme passe-temps, bien qu’ils n’élèvent pas de bœufs.

Le livre de Van Oosterom, basé sur la thèse pour laquelle il a obtenu son doctorat à l’Université de Groningue ce jeudi, contient une mine d’informations sur les domaines ruraux de l’Amstelland. Elle est présentée très systématiquement dans un livre un peu académique mais très joliment exécuté. Cela donne au lecteur un aperçu derrière les façades des propriétés de campagne parfois quelque peu pompeuses de l’Amstelland d’Amsterdam. A retenir lors d’une balade à vélo autour du Ronde Hoep ou lors d’une balade le long du Gein jusqu’à Abcoude.

Photos Simon Lenskens

Campion Roussel

"Explorateur. Érudit de Twitter. Organisateur dévoué. Junkie extrême d'Internet. Nerd de voyage incurable."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.