Visage souriant, il y a 50 ans, c’est devenu une marque millionnaire

Jusqu’en 1997, seul le logo était déposé. Cette année-là, dès son entrée dans l’entreprise, Loufrani décide que le moment est venu d’enregistrer également la marque textuelle, le mot « Smiley« . Bientôt, une autre intuition décisive suit. « Dans ces années, j’ai développé les premières émoticônes graphiques, les images mêmes que nous voyons dans les messages texte et que nous utilisons tous, tous les jours« , explique.

Les affaires marchent bien grâce à la simplicité universelle du logo, reconnaissable et désormais connu partout. Aujourd’hui, il apparaît estampillé sur quatorze catégories de produits, de la mode aux accessoires, des produits de beauté à l’ameublement. Mais il y a aussi l’édition, la nourriture et la boisson. Comment décririez-vous votre entreprise après un demi-siècle de vie, dont les actifs ne sont pas physiques, mais tournent autour des traits d’un crayon ? Loufrani dit : « Nous sommes une société de licence, ce qui signifie que nous existons en coopérant con i nostri partenaire de marque et partenaire de vente au détail. Nous apportons notre image, nos valeurs et notre créativité en dot, ainsi que notre conception; ils y apportent leur production, leurs ventes, leur logistique et évidemment leurs valeurs. C’est la fusion de deux visions”.

Les collections Smiley sont vendues dans environ quatre-vingts pays. « Cela fait de nous l’une des cent premières sociétés de licence au monde – déclare Loufrani -. Nos concurrents directs sont des plantes vertes transgénérationnelles telles que Topolino, Hello Kitty, Snoopy. Mais aussi des marques comme Fila, Kappa, Lee Cooper, Playboy et Rolling Stones« . » Quoi qu’il en soit, Smiley a un positionnement décidément particulier, car c’est la seule grande entreprise de ce type qui ne vient pas du cinéma, des livres, des dessins animés, musique, jeux vidéo – souligne l’entrepreneur, qui tient à préciser en quoi l’entreprise est encore aujourd’hui privée -. Le Smiley n’est pas officiellement un symbole comme Mickey Mouse ou la bouteille de Coca-Cola, mais il a résisté à l’épreuve du temps et est définitivement devenu une icône de la culture pop, car il est connu et aimé dans le monde entier.”.

Ce qu’il faut pour essayer

L’histoire de Smiley est une invitation à laisser libre cours à l’imagination, comme le conseille Stephen Key, inventeur en série et entrepreneur avec plusieurs succès dans le domaine à son actif »Vous n’avez pas besoin de puiser dans vos économies ou de quitter votre emploi pour donner vie à une idée – résume sur Linkedin retraçant son histoire -. Vous n’avez pas besoin de co-fondateurs, d’investisseurs ou même d’écrire un plan d’affaires« . Pour expliquer à quel point cela peut être simple, Key raconte un épisode : « A une entreprise qui produisait des paniers à jouets et avait un accord avec Michael Jordan, j’ai simplement proposé de ne pas se limiter à n’utiliser que sa figurine, mais de créer l’ensemble du plateau à l’image du joueur. Ils m’ont tout de suite offert 3% de royalties« . Qui ont continué à être payés pendant une dizaine d’années.

L’inattendu ne manque pas. Comment se défendre contre le vol de propriété intellectuelle ? Key suggère de commencer par passer du temps à identifier soigneusement les entreprises les plus attentivesInnovation ouverte. Ces entreprises, soutient-il, ont tout intérêt à garder leurs portes ouvertes aux innovateurs, car elles savent qu’elles produiront un carburant précieux qu’elles pourraient difficilement trouver dans les départements de recherche et développement. Une invitation à penser positivement. Tout comme le Smiley.

Benjamin Martin

"Geek des médias sociaux. Défenseur de la bière. Amateur de café. Créateur. Alcoolique. Nerd de la nourriture à vie. Amateur de zombies. Introverti."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.